Country Gateway

4ème Forum national des jeunes : Echanges directs entre le Président du Faso et les jeunes du Burkina Blaise Compaoré

Le Président du Faso, Blaise Compaoré a eu des échanges avec les jeunes du Burkina, le 20 décembre 2008 à Bobo-Dioulasso, dans le cadre du 4ème Forum national des jeunes (FNJ). Durant quatre heures, les échanges ont principalement porté sur les préoccupations du moment des jeunes, représentés à ce forum par plus de 2 500 d’entre eux.

Le Président du Faso qui a introduit les débats a livré ses attentes vis-à-vis de la jeunesse burkinabè pour assurer un avenir serein au Burkina. Pour lui, “Il faut s’organiser dès à présent et s’assurer que ceux qui sont formés aujourd’hui puissent valablement prendre la relève d’ici 10, 15 ans ”.

Il a de ce fait insisté sur l’acquisition et le renforcement des compétences en exhortant les jeunes à plus de mobilisation pour élever leur niveau de connaissances et de compétences parce que, dit-il, “Le monde a besoin de compétences”. Il a relevé le retard du Burkina dans ce domaine, alors que “pour être compétitif, il faut être compétent”, a-t-il fait savoir. Il a souligné la nécessité d’avoir des “ contacts permanents ” avec les jeunes et a même proposé dans ce sens le canal des technologies de l’information et de la communication via un site web pour recueillir les problèmes, suggestions et recommandations des jeunes. Il s’agit, a affirmé le président du Faso, de “créer des passerelles au quotidien”.

A sa suite, le Premier ministre, Tertius Zongo a fait savoir aux jeunes que le gouvernement est attentif à leurs propositions. Il pense que le Burkina a une jeunesse consciente et engagée “qui a besoin d’être accompagnée et rassurée”. Il a demandé aux jeunes de ne pas douter d’eux-mêmes et de faire du mot “victoire” leur refrain. Les préoccupations des jeunes au cours de ces échanges directs avec le chef de l’Etat ont essentiellement porté la politique nationale de la jeunesse, les stages dans les entreprises, la question de l’expérience professionnelle, l’accès aux structures d’éducation et de formation, la fraude aux examens et concours de la Fonction publique.

Les jeunes se sont préoccupés de la décentralisation jusqu’aux provinces du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi et de ses structures de formation et de financement, du financement des projets des jeunes qui serait lié à leur appartenance au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Ils ont également évoqué les difficultés d’écoulement des productions des producteurs ruraux, les médicaments de la rue qui les détruisent, les problèmes de santé et le VIH/sida, le civisme et la citoyenneté, leur degré d’implication dans la police de proximité.

Le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi, Justin Koutaba a rappelé les actions de son département en faveur de la formation professionnelle et de l’auto-emploi des jeunes. Il a également révélé le montant alloué pour la mise en œuvre de la politique nationale de la jeunesse : 100 millions de francs CFA pour la première année. Il a par ailleurs rejeté en bloc l’accusation de ne financer que les projets des jeunes du CDP. Bien d’autres ministres (santé, agriculture, commerce, enseignements, travail et sécurité sociale, fonction publique …) ont pris la parole pour donner des informations aux jeunes concernant les questions qui intéressaient leurs départements respectifs.

Ces réponses ont fait dire au Premier ministre que “les actions et les efforts du gouvernement sont peu connus des populations en général et des jeunes en particulier” du fait d’un déficit de communication sur ceux-ci. Il a donc, chiffres à l’appui, fait savoir aux jeunes que 40% du budget de l’Etat sont consacrés à la santé et à l’éducation.

Les conclusions du Forum

En somme, cette proportion va au capital humain. Et le Président du Faso de rappeler sa “foi au capital humain”. Il souhaite, dans cette optique, que les Burkinabé soient mieux instruits et formés pour ne pas être les grands perdants de l’ouverture des frontières et de la mondialisation. En marge des échanges, les conclusions du 4eme Forum national des jeunes ont été présentées au président du Faso.

Les jeunes ont formulé des orientations d’actions en vue de renforcer les initiatives déjà entreprises et d’améliorer les performances du dispositif national de promotion de la formation professionnelle et de l’auto emploi. Ils ont également sollicité 5 000 hectares de surfaces cultivables au niveau du barrage de Samendéni, la révision de l’organisation des forums nationaux des jeunes (périodicité, durée, modalités de participation, mode d’organisation et de fonctionnement, mécanismes de suivi de la mise en œuvre des conclusions), la promotion du Conseil national de la jeunesse en institution de la république.

A l’occasion de ces échanges, le gouverneur des Hauts-Bassins, Pascal Témaï Benon, a remis au Président Blaise Compaoré la déclaration des jeunes à l’issue du cross, organisé la veille pour soutenir ses “initiatives de paix”. Ce cross qui s’est déroulé sur le boulevard de la Révolution a réuni, selon le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi, “30 000 âmes juvéniles”. Ces mêmes jeunes ont également permis au centre régional de collecter 1 300 poches de sang sur 1 000 prévues pour le centre hospitalier universitaire Sourô Sanou de Bobo-Dioulasso.

Le Président du Faso a, à la fin des échanges, procédé au lancement officiel de l’opération de dotation de 5 000 ordinateurs aux associations de jeunesse et remis les premiers chèques (26) du Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ) aux promoteurs et aux premiers bénéficiaires (25) de l’opération permis de conduire.

Urbain KABORE
Sidwaya



Les plus récents de cette thématique