Plaidoyers et lobbying

Nouvelles de la Conféderation Paysanne du Faso

Organisation Mondiale du Commerce : sortir à tout prix l’agriculture du champ des négociations

Echec à nouveau des tentatives de bouclage du cycle de Doha. En se réunissant du 21 au 25 Juillet 2008 à Génève, les ministres en charge du commerce des 153 pays membres de l’OMC n’ont pas pu obtenir un consensus sur « Doha Round », débuté depuis 2001.

A croire aux dires de nombreux ministres ou négociateurs en chef, l’agriculture a constitué un des grands points d’achoppement dans le concert des négociations. Tout comme plus de 10 millions de burkinabè vivant de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’exploitation forestière, j’ai suivi avec un grand intérêt les ministérielles de Genève en fondant l’espoir que l’Agriculture, source importante de revenus des ménages ruraux burkinabè, ne serait pas sacrifiée sur l’autel de l’ultra libéralisme galopant.

Pour l’instant, tel n’est pas le cas malgré les tentatives de division orchestrée par Pascal LAMY à travers sa proposition de mise en place d’un groupe restreint de négociations composé de pays dits influents.

Mais, que nous réserve l’avenir dans l’univers des négociations commerciales multilatérales ? Triturés par cette question, les producteurs agricoles burkinabè dont la position sur le commerce mondial est déjà connue, ne cesseront de multiplier des actions pour que l’Agriculture sorte à tout prix du champ des négociations au sein de l’OMC.

Par Bassinga Dao

VIE DES INSTANCES ET DES ORGANES

1ère Session 2008 du Conseil d’Administration : six mois d’activités au profit du monde rural

1ère Session 2008 du Conseil d’Administration : six mois d’activités au profit du monde rural

Organe de direction de la CPF entre deux Assemblées Générales, le Conseil d’Administration de la CPF s’est réunie en séance ordinaire le Vendredi 1er Août 2008 à Ouagadougou sous la présidence de Bassiaka DAO. L’examen, l’amendement et l’approbation du rapport semestriel d’activités de Janvier-Juin 2008 était le principal point inscrit à l’ordre du jour. Sa présentation a laissé entrevoir de nombreuses activités menées durant les six derniers mois.

La plus importante aurait été l’installation de la Cellule d’Analyse des Politiques et d’Etudes Prospectives (CAPEP) de la CPF. Composée des neufs organisations membres de la CPF dont la Fédération des Eleveurs du Burkina, la Fédération Nationale des Femmes Rurales du Burkinabè, la Fédération des Professionnels Agricoles du Burkina, la Fédération Nationale des Jeunes Professionnels Agricoles du Faso, la Fédération Nationale des Producteurs de Banane, la Fédération Nationale des Unions et Groupements de Gestion Forestière, l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina, l’Union Nationale des Producteurs de Riz du Burkina, l’Union Nationale des Producteurs Semenciers du Burkina, la Fédération Nationale des Organisations Paysannes, la CAPEP a pour objectif d’analyser les politiques agricoles afin de plaider auprès des décideurs pour une intégration des préoccupations du monde rurale dans les politiques régissant leur mode de production et de vie.

Au cours du semestre écoulé, la CPF a pris part à de nombreuses rencontres abordant des questions importantes pour les producteurs. Il s’agit notamment de la 12ème édition de la Journée Nationale du Paysan tenue à Bobo et Samendéni les 25 et 26 Janvier 2008, de la 5ème édition de la Foire de la CEDEAO tenue à Ouagadougou du 7 au 17 Mars 2008 et de la deuxième édition du Forum Social du Burkina organisée les 26, 27 et 28 Mars 2008 à Ouahigouya.

Au plan international, le président de la CPF a pris part à Varsovie en Pologne au 38ème congrès mondial de la FIPA qui a consacré l’élection du zambien Ajay VASHEE comme président de l’organisation mondiale des producteurs (Fédération NaNationale des Organisations Paysannes) agricoles.

Durant ces six mois, l’équipe technique de la CPF à la demande de la FEB et de la FENAFERB leur a apporté un appui technique nécessaire au fonctionnement de leurs fédérations.

Le Conseil d’Administration de la CPF s’est également penché sur les perspectives. Les activités les plus imminentes pour les six prochains mois sont, la poursuite de l’accompagnement des fédérations, l’élaboration de programmes ainsi que la négociation de leur financement auprès de partenaires habituels et potentiels. Des actions d’information, de communication et de formation des membres ont été également citées comme perspectives.

ZOOM
Rencontre des leaders du mouvement coopératif d’Afrique francophone : le Président de la CPF au rendez-vous de Brazzaville

Le président de la CPF est également le président du mouvement coopératif burkinabè et à ce dernier titre, Bassiaka DAO a participé du 21 au 23 Mai 2008 à Brazzaville au Congo à une rencontre de la conférence panafricaine coopérative. Cette conférence a réuni les ministres en charge de l’action coopérative, des leaders et d’autres acteurs du mouvement coopératif d’Afrique francophone ainsi que des partenaires techniques et financiers.

Les participants ont planché sur un thème évocateur pour la jeunesse et la paysannerie d’Afrique francophone : « Entreprenariat coopératif et création d’emploi décent en Afrique ». En s’achevant, la conférence a invité les gouvernants des pays francophones d’Afrique à s’engager fortement à promouvoir l’entreprenariat coopératif en vue de créer des emplois rémunérateurs et de lutter contre la pauvreté.

De retour de Brazzaville, Bassiaka DAO en restituant les travaux de la conférence a précisé que la CPF ne ménagera aucun effort pour persuader les décideurs burkinabè à initier et à mettre en oeuvre des actions vigoureuses de promotion coopérative et de valorisation du métier de producteur agro-sylvo-pastoral.

Portail www.fasodev.net : Le conseil d’administration de la cpf prend connaissance d’un outil de promotion des initiatives de developpement au burkina

Active dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) au Burkina Faso depuis plus de dix ans, l’association YAMPUKRI présidée par Sylvestre OUEDRAOGO a bénéficié d’un appui de la Fondation Gateway pour lancer et promouvoir un portail de promotion du développement au Burkina.

Ce portail accessible sur Internet au nom de domaine www.faso-dev.net, présente au monde entier, les initiatives de développement en cours au Burkina Faso. Les activités menées par les organisations paysannes y trouvent un large écho. Ce portail est aussi en lien avec des sites d’ONG et d’associations intervenant dans les secteurs de l’agriculture, de l’éducation, des TIC.

Le Vendredi 1er Août 2008, deux des promoteurs du portail sont venus présenter de manière exhaustive le portail et ses avantages pour les organisations paysannes burkinabè. Pour Roukiatou OUEDRAOGO, chargé de communication de YAMPUKRI, Faso-dev se présente comme une opportunité pour les producteurs de promouvoir leurs produits transformés comme le beurre de karité, le bissap, l’anacarde, la mangue séchée, les pagnes tissés et bien d’autres produits faisant la fierté du Burkina.

Faso-dev est également une excellente tribune où les actions de plaidoyer et de lobbying des organisations de producteurs ne peuvent que bénéficier d’une large audience. Les membres du Conseil d’Administration de la CPF après avoir pris connaissance de l’outil ont fait lapromesse aux promoteurs de contribuer à l’animation de cette fenêtre de tous les burkinabè, ouverte sur le monde.

PLAIDOYER ET LOBBYING

Biosécurité : la CPF, membre de l’observatoire national de biosécurité

La biotechnologie est un sujet à débats dans les pays africains. Certains ne jurent que par son apport inestimable à l’amélioration qualitative et quantitative de la production agro-pastorale et à la réduction de la facture en intrants (engrais, insecticides, pesticides).

D’autres s’en méfient en se fondant sur ses risques liés à la santé humaine et animale. D’aucuns soutiennent également que la biotechnologie accroîtra la dépendance alimentaire des pays en voie de développement déjà en proie avec l’insécurité alimentaire.
Alors que l’opinion publique burkinabè se livrait à cette réflexion contradictoire, son gouvernement pour diverses raisons stratégiques et pratiques a choisi de s’approprier une technologie pour dit-il, explorer les voies offertes par la biologie-technologie moderne pour résoudre des questions de développement.

Dans le même temps, l’Etat burkinabè s’est toujours préoccupé de la meilleure utilisation possible de ces nouvelles technologies en mettant en oeuvre les mesures idoines de biosécurité qui minimisent les risques potentiels identifiés.

La mise en place de l’Observatoire National de Biosécurité trouve ainsi sa justification. Ses membres ont été installés à l’occasion de la tenue de la 1ère édition du Forum National sur le cadre de la Biosécurité du 14 au 17 Juillet 2008 à Ouagadougou.

Les membres sont composés de représentants du secteur public, du secteur privé, de la société civile, des organisations de producteurs membres de la CPF. En acceptant d’intégrer l’Observatoire, la CPF n’avalise pas une option de promotion des OGM au Burkina. Elle entend profiter d’une tribune pour poser des problèmes liés à l’usage de la biotechnologie au Burkina à savoir, la cohabitation entre cultures génétiquement modifiées, cultures conventionnelles et cultures biologiques. Dans cette tribune, la CPF veillera à ce que le droit pour chaque paysan de produire librement la culture de son choix, soit garanti et promu.

PARTENARIAT

OXFAM Intermon : Des membres venus d’espagne pour échanger avec la CPF

Le 8 Juillet 2008, la CPF a reçu la visite de douze membres de l’ONG espagnol OXFAM Intermon. En visite au Burkina dans le cadre du partenariat OXFAM Intermon et les organisations paysannes burkinabè, la délégation ne s’est pas empêchée de rencontrer la CPF, cadre important de concertation des organisations paysannes du Faso. Reçue à la CPF par une délégation présidée par monsieur Jean Marie OUEDRAOGO (3ème Vice-Président de la CPF), la partie espagnole a posé une série de questions sur la CPF, ses activités et ses perspectives. En réponse à ces questions, les membres de la CPF se sont appesantit, à travers des explications, sur le fonctionnement de la CPF ainsi que ses difficultés rencontrées. Ils ont dénoncé les APE qui, à leurs yeux ne sont pas équitables. Ils ont déploré le fait que l’Union Européenne veuille mettre en concurrence des agro businessmen européens subventionnés et des paysans africains abandonnés à eux même. Ils ont enfin porté à la connaissance des membres d’OXFAM Intermon, les perspectives envisagées : le plaidoyer pour la protection du marché ouest africain des produits agricoles et l’intensification de la production aux fins de réaliser la souveraineté alimentaire au Burkina.

PAGE NOIRE

LA FENAFERB endeuillée par la mort de sa présidente Marcelline SIMPORE

Depuis le Jeudi 24 Juillet 2008, Marceline SIMPORE née SAWADOGO n’est plus. La triste nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre au sein des Organisations Paysannes du Burkina. Celle que le monde rural burkinabè pleure, était présidente de la Fédération Nationale des Femmes Rurales depuis 2005 et trésorière générale de la CPF depuis Décembre 2006. Elle a rendu l’âme à une époque où sa famille, la FENAFERB, la CPF et tout le mouvement paysan burkinabè et africain exprimaient encore un besoin de ses compétences, de son 6
expérience et de son énergie. Au-delà du mouvement paysan, Marceline SIMPORE a rendu d’énormes services aux communautés de base de la ville de Kaya à 100 km au Centre Nord de Ouagadougou, d’où elle était originaire.

Attirés par la générosité de son vivant, des centaines de parents, amis et connaissance dont une délégation de la CPF, ont assisté à son inhumation le Jeudi 24 Juillet au cimetière de Kaya. Trois jours après, soit le Dimanche 27 Juillet, un doua (cérémonie de prière pour le repos de son âme) a été organisé à son domicile. Plusieurs présentations de condoléances de la part de nos partenaires et de nos organisations soeurs du Burkina du Burkina et de l’Afrique de l’Ouest ont été enregistrées à notre secrétariat. C’est pourquoi le président Bassiaka DAO au nom du Conseil de Gestion, du Secrétariat Permanent de la CPF et au sien propre, témoigne par ces lignes, sa reconnaissance à tous ceux qui ont exprimé à la CPF leur compassion manifeste à l’occasion de cette douloureuse épreuve. Paix à l’âme de la défunte et puisse chacun prier pour que la terre lui soit légère.

Nouvelle CPF mensuel d’information et de liaison de la Confédération Paysanne du Faso (CPF) Nos contacts Confédération Paysanne du Faso 01 BP 2978 Ouagadougou 01 TEL : 0022650301844
Email : cpf@fasonet.bf
Site web : www.cpf.bf
EQUIPE DE REDACTION Directeur de Publication Bassiaka DAO (Président de la CPF) Directeur des rédactions Moumini OUEDRAOGO (Secrétaire Permanent de la CPF) Rédacteur en chef Omar OUEDRAOGO (Chargé de communication de la CPF)

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

L’Université Ouaga 2 a célébré ses meilleurs étudiants au cours d’une cérémonie organisée, ce mardi 3 octobre 2017, en partenariat avec l’ONG sud-coréenne (...)
La seconde édition du challenge Digital Africa vient d’être lancée. Le concours d’innovations qui vise à relever le défi de la transition numérique en (...)
C’est parti pour les COFAN, les Conférences au Faso sur le Numérique. Organisé par le ministère du développement de l’économie numérique et des postes (...)
Le président directeur général de « BAKOU LOGISTICS », Mamadou Banakourou Traoré, vient de lancer une pétition afin que l’Assemblée nationale adopte une (...)
Comme chaque année Yam-Pukri a une fois de plus respecté la tradition en accueillant pendant trois semaines ( 07 au 30 Aout 2017) des jeunes de 12 (...)
En tant que blogueur, j’ai été interpellé en off sur certains sujets. On me demande mon avis sur certaines choses dont la question du FCFA. Je ne (...)
Après l’ordinateur calebasse, les tapis de souris en cuir Burkinabè, les sacs d’ordinateurs en cuirs et en tissu Bogolan, la cellule technique et (...)
Une unité centrale avec une carte Ncomputing, 6 écrans, des claviers et souris, tel est le lot de matériels que Yam Pukri a remis à l’association (...)
Un groupe de jeunes conduit par Wendpanga Roger Zoundi, un Ingénieur des données en formation, s’est formalisé en association avec Conseil (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC