Actualités

Producteurs de riz de Bagré : Entre la recherche du marché et la crainte de l’arrivée des agrobusinessmen

A l’occasion d’une sortie de production organisée par le réseau d’initiatives de journalistes en partenariat avec l’ONG OXFAM au Burkina Faso, nous avons rencontré à Bagré le 20 février 2015, les producteurs de riz autour de leurs préoccupations liées à l’installation du projet Bagrépôle.

Les producteurs de riz de Bagré ont bien accueilli l’implantation et la mise en œuvre du projet pôle de croissance Bagré, grâce auquel projet ils ont pu accroître les rendements à l’hectare au regard des technologies utilisées.

Regroupés au sein de l’Union des groupements des producteurs de riz de Bagré (UGPR-B créée en 2006) qui compte 16 groupements soit 1600 producteurs, ces exploitants agricoles autochtones se sont appliqués à la production au rythme des facilités nées de Bagrépôle.

Selon le président de l’union, Adama Bantango, le rendement à l’hectare est monté entre 4 et 5 tonnes contre 2 et 3 à l’hectare il y a quelques années seulement. ‘’Nous avons maintenant facilement accès au crédit avec les banques, et aux intrants grâce à Bagrépôle’’, a déclaré Mamouda Saré, Conseiller au sein de l’Union.

Cependant, et justement au regard de l’accroissement du niveau de la production, ces petits exploitants, autrefois familiaux ne parviennent pas à écouler les stocks produits. Mamoudou Yara, lui, précise qu’une des difficultés c’est avec la SONAGESS qui reçoit les stocks de riz avec les transformateurs et qui ne paie pas à temps.

Près de 3000 tonnes en souffrance dans les magasins

Un autre souci, c’est aussi la venue des agrobusinessmen sur les périmètres aménagés. En effet, les petits producteurs craignent d’une part pour l’accessibilité des périmètres aménagés pour leurs enfants, et d’autre part de perdre leur part d’un marché déjà difficile à dompter.

Adama Bantango, président de l’UGPR-B demeure très inquiet : « Si aujourd’hui les agrobusinessmen viennent avec leur matériel, est-ce que nos enfants ne vont pas fuir aller travailler pour eux nous laisser ? Nous souhaitons que Bagrépôle ajoute des hectares aux producteurs qui sont ici ».

Le président de l’UGPR-B a d’ailleurs souligné qu’environ 2800 tonnes de riz produites à Bagré (1800 tonnes chez les groupements de l’union et 1000 tonnes chez les autres producteurs) sont stockées en attente de preneurs, afin de leur permettre de pouvoir poursuivre l’exploitation de leurs hectares avec sérénité.

La difficulté d’écoulement du riz selon eux est liée à l’importation à grande échelle du riz venu d’ailleurs, qui envahit le marché, avec un paradoxe, que ce riz importé est vendu plus cher que le riz national.

Même si Bagré pôle mène un plaidoyer auprès de l’Etat pour la prise en compte du riz de Bagré dans la commande nationale, il reste que les 3200 producteurs sont confrontés à un prix du marché ne fait pas du tout leur affaire (150 francs le kilogramme), ni le bonheur du développement économique endogène de la zone.

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

C’est parti pour les séances d’informations sur l’Exécutive Master en Politiques et Pratiques de Développement (DPP-Afrique Francophone). Le DPP est un (...)
Formation des jeunes entrepreneurs agricoles en TIC et utilisation des médias sociaux pour le développement de l’agriprenariat et l’accès au marché. (...)
Ouaga lab, incubateur dans le domaine de la technologie au Burkina, est aussi présent à la Semaine nationale de l’Internet (SNI) pour présenter ses (...)
« Innovation numérique pour la transformation structurelle de l’économie et de la société », tel est le thème de la 14ème édition de la Semaine Nationale (...)
La numérisation de la chaîne de valeur a transformé les transactions commerciales dans le secteur de l’agriculture. Les codes-barres avaient été une (...)
Le Burkina Faso a été réélu membre du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). C’était le 17 août 2018 à Nairobi, dans (...)
CONCOURS PITCH AGRIHACK BURKINA 2018 Objectif global Les objectifs ultimes du concours consistent à développer les services des jeunes start-ups (...)
LES DERIVES ACTUELLES DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Par Fernand VINCENT, Président de la Fondation de l’Institut (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC