Country Gateway

Rencontre d’échanges du comité de pilotage du projet @gripol

Le comité de pilotage du projet @gripol a organisé le jeudi 18 septembre 2014, à Ouagadougou, une rencontre d’échanges sur des questions relatives au démarrage du projet.

Utiliser les TIC pour développer des politiques agricoles plus inclusives, tel est le projet pour lequel Yam Pukri en collaboration avec le CTA est à pied d’œuvre. Dans cette dynamique, le comité de pilotage du projet @gripol constitué de Yam Pukri, ROPPA, la direction générale de la promotion de l’économie rurale et le coordonnateur des projets Connect for change au Burkina Faso et membre du réseau Burkina Ntic, a organisé le jeudi 18 septembre 2014, à Ouagadougou, une rencontre d’échanges sur des questions relatives au démarrage du projet.

Il s’est agit de s’accorder sur des éléments à prendre en compte dans la mise en œuvre de la première phase du projet qui consiste à la réalisation d’une enquête sur l’Etat de lieu des TIC au niveau des organisations paysannes (OP). De l’avis du comité, cette enquête a pour but de déterminer les véritables centres d’intérêts de ces organisations paysannes en matière de plaidoyer pour mener des politiques agricoles inclusives à travers les technologies de l’information. Elle va, également, permettre de mieux comprendre le niveau d’usage des TICS dans ces organisations
afin d’orienter les autres activités telles que la mise en œuvre du portail d’information.

Lors de cette rencontre, le comité a déterminé la liste des organisations paysannes qui seront prises en compte. Il s’agit entre autre de l’UGCPA, de la Confédération Paysanne du Faso, du CIC (comité Interprofessionnel des Céréales du Burkina), TFK, le ROPPA (Réseau des Organisations Professionnelles Paysannes de l’Afrique de l’Ouest), Groupement Professionnel des Industries du Burkina, AFRIQUE VERTE, Pag La Yiri, Sahel Solidarité, IABER, FEPPASI. Ainsi, à l’aide d’un questionnaire chargé sur Smartphone, les enquêteurs vont recueillir des données individuelles et organisationnelles au niveau d’un échantillon des OP et des acteurs intéressés par les questions de politiques agricoles.
Pour le président de Yam Pukri par ailleurs coordonnateur du projet, Dr Sylvestre Ouédraogo « les organisations paysannes pourront disposer d’un portail étoffé et retrouver des documents de politiques agricoles ainsi que la présentation des principales faîtières » ; et d’ajouter qu’à travers cette plateforme, les OP pourront donner de la voix et forcer les décideurs à plus d’actions concrètes grâce à cette interpellation novatrice.

Booster l’agriculture à travers les TIC

« Valoriser la présentation paysannes sur internet, regrouper les textes liées à l’agriculture, mettre en valeur les bases de données disponibles et les pérenniser », ce sont là, quelques objectifs du projet @gripol selon le coordonnateur. Il a également souligné que ce projet va permettre le suivi et la mise en œuvre des politiques agricole au Burkina Faso. En outre, il va contribuer à renforcer la contribution des organisations agricoles au développement politique et aux débats politiques agricoles. En effet, conscients que les TIC peuvent bousculer grandement les politiques et que bon nombre d’acteurs économiques s’y attellent à travers les forums de discussion, les blogs et les vidéos sur le net, et bien d’autres actions, le comité s’est dit confiant que la mise en commun des efforts à travers une plateforme dans le domaine des TIC est indéniable. Le monde rural pourra désormais suivre avec facilité, l’utilisation du budget national alloué au monde agricole.
Par ailleurs, les informations récoltées feront suite à la mise en place et à l’animation d’un portail d’information sur le monde rural intégrant les bases de données des organisations paysannes au Burkina Faso ainsi que les réseaux sociaux abordant la thématique rurale.

La dernière phase du projet, quant à elle, va consister à la formation des acteurs ruraux sur l’activisme à travers le net. Elle va mettre l’accent sur le suivi du budget alloué au monde agricole, les textes sur le monde agricole et des débats au niveau de l’Assemblée nationale relatifs aux textes agricoles. Du reste, le projet est né du constat que de nombreux échanges internet des listes de Burkina ntic ont révélé l’absence d’un dispositif abordant des thématiques agricoles de façon transversale. Certaines questions touchant à la paysannerie comme le financement, la formation et l’insertion des TIC dans les organisations paysannes outrepassent les cloisonnements entre organisations et faîtières paysannes spécialisées sur une question. Ces questions nécessitent des observations que les TIC peuvent favoriser à travers des questionnaires et des débats en ligne.

LOMPO Louise

Yam Pukri/Burkina NTIC



Les plus récents de cette thématique