Technologies

La frontière entre le professionnel, le jouet ou l’usage de base dans le domaine du matériel technique.

Quand on cherche un équipement (matériel ou logiciel), on fait souvent la part des choses entre le matériel/logiciel professionnel et le matériel/logiciel de base. Avec la course folle à l’avancée technologique et l’obsolescence programmée qui programme plus que jamais la mort de nos équipements, comment garder la tête froide si l’objectif des vendeurs est de nous faire simplement dépenser plus.

Il y a 20 ans à peine, un ordinateur possédant 128 M0 de Ram était considéré comme un ordinateur haut de gamme, donc professionnel. Aujourd’hui, on parle en giga octets. Il faut posséder un ordinateur au minimum de 16 giga de RAM pour espérer entrer dans la cour des grands.

Le consommateur doit désormais faire attention et se concentrer sur ses besoins réels et non sur ce que le marché le propose. Le marché propose purement et simplement de la marchandise en la segmentant afin de tirer parti du profit maximum. Le consommateur embrouillé et perdu se contente de suivre à la lettre le conseil du vendeur et retrouve son porte-monnaie vite soulagé en espèces sonnantes.

En Afrique où les usages sont très basiques même dans le milieu professionnel, un travail doit être fait afin de mieux sensibiliser les consommateurs et surtout les décideurs. On peut chiffrer à des milliards de FCFA les dérives causées par les achats et la consommation d’objets inutiles dans nos services. Imaginez si le Burkina décidait d’adopter une imprimante particulière. On demanderait au fabriquant de mettre tel ou tel caractéristiques, on pourrait du coup fabriquer nos propres cartouches d’encres et on économiserait des milliards de Francs CFA. Un seul litre d’encre vaut dans les 500 000 Fcfa. Pourquoi ne pas en fabriquer localement et pourquoi ne pas commencer à recycler systématiquement les cartouches d’encre ? On peut refuser toute imprimante dont les cartouches seraient truffées de puces bloquant le « réencrage. »
On se concentre sur les gros chantiers alors que quotidiennement, on perd des milliers de francs qui auraient pu être réinvestis dans des secteurs porteurs.
A bon entendeur.

Sylvestre Ouédraogo
Yam Pukri/Burkina ntic
IPD/AOS

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

LES DERIVES ACTUELLES DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Par Fernand VINCENT, Président de la Fondation de l’Institut (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)
L’Internet est désormais incontournable dans le fonctionnement des institutions. Seulement, sa gouvernance pèche par endroits, du fait des (...)
La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)
IDE@L Burkina , c’est le projet Innovation, Développement Agricole et Liens vers marché pour les jeunes au Burkina Faso porté par Yam-Pukri et (...)
Le ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro, a officiellement lancé, ce vendredi 30 mars 2018 à Ouagadougou, une plateforme (...)
Au Burkina Faso, l’agriculture constitue l’un des secteurs économiques où plusieurs solutions TIC (Technologies de l’information et de la (...)
Chers(ères) professeurs, enseignants(es), étudiants(es) et personnel administratif de l’IPD-AOS, je vous souhaite une bonne année 2018. Je remercie (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC