TIC

TIC
Le service 3-2-1 de Viamo au grand bonheur des burkinabè

Avez-vous besoin de savoir comment bien préparer vos terres pour cultiver une certaine plante ? Ou de savoir quelles semences utiliser ? Ou de comment éviter certaines pestes et maladies ? Ou d’avoir des renseignements sur les méthodes de planification familiale ? Ou de quoi faire pour éviter une maladie sexuellement transmissible ? Ou de savoir les prévisions météo pour votre région ? Et préfèreriez-vous avoir cette information en votre langue, et si possible parlée ? Au Burkina Faso, une solution se profile avec le service vocal gratuit 3-2-1, proposé par Orange en partenariat avec Viamo. « 3-2-1 » pourrait y devenir le ‘Google parlé’ pour les burkinabè qui n’ont pas accès a l’Internet, qui ne parlent pas le français, ou qui ne savent pas bien lire.

Viamo est une entreprise sociale crééeen 2017 par VOTO Mobile en collaboration avec d’autres acteurs ayant une connaissance approfondie de la technologie mobileet des antécédents d’impact dans les marchés émergents.L’entreprise envisage un monde où toutes les personnes ont accès à l’information dont elles ont besoin pour prendre des décisions en vue d’une vie saine et prospère et ont des relations significatives avec les gouvernements, la société civile et les entreprises.En phase avec sa vision, Viamo, assiste les organisations de développement dans une quarantaine de pays(Afrique, Asie, Moyen-Orient) dans l’utilisation du téléphone portable pour la diffusion des informations, la collecte de données, le suivi, l’appui aux acteurs-terrain, ou les sondages et enquêtes.

« L’expertise de Viamo s’articule surtout autour de l’application efficace des services vocaux en langues locales. Pour ce qui concerne le Burkina Faso, la société a entre autres mis en route le service 321 qui propose sans frais d’appel des contenus vocaux sur l’agriculture, la météo, la Santé et d’autres thématiques en trois langues qui sont le Français, le Mooré et le Dioula à travers un menu SIV (Système Interactif Vocal) » selon le représentant de Viamo au Burkina, François Laureys.

L’objectif du service 3-2-1étant d’utiliser la téléphonie mobile pour aider à mieux véhiculer certaines informations capitales pour le bien-être des burkinabè,l’accent est mis sur les thématiques qui peuvent améliorer la vie au quotidien, et sur la voix en langues locales. Le service321 permet par exemple d’avoir des informations sur la météo par localité.Il y a notamment des prévisions météorologiques sur les 3 ou 4 jours à venir.

Il est aussi possible des’inscrire pour recevoir des alertes en cas d’intempéries. Pourl’agriculture on retrouve comme informations proposées les types de cultures appropriées, que faire pendant et après les cultures, comment planter… Des réponses en lien avec la sécurité routière sont également disponibles sur la plateforme.

Viamo entend agrandir le cercle des contenus qu’il propose avec des rubriques sur la santé maternelle et infantile, les finances, l’éducation,les énergies renouvelables etc. - il s’agitd’un chantier qui est en cours.

Mais en attendant, pour déjàprofiter des services qu’offre Viamo il faut taper 321sur le réseau Orange. L’appel lancé,on reçoit une réponse vocale qui nous demande de choisir la langue et ensuite il y a des menus qui sont proposés.

« Le service est accessible 24h/24h par tout type de téléphone et permet à l’appelant d’écouterà sa guise et en toute confidentialité les informations pertinentes de son choix. J’espère que ça deviendra un point de repère pour tous et chacunqui a besoin de se renseigner sur quelque chose et de s’assurer qu’il ou elle est bien à la page », conclut Monsieur Laureys de Viamo Burkina.

En savoir plus : https://viamo.io/about-viamo/
francois.laureys@viamo.io

SANDWIDI Pélagie
Yam-Pukri/BurkinaNtic

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

La numérisation de la chaîne de valeur a transformé les transactions commerciales dans le secteur de l’agriculture. Les codes-barres avaient été une (...)
Le Burkina Faso a été réélu membre du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). C’était le 17 août 2018 à Nairobi, dans (...)
Comme solution technologique au terrorisme et au grand banditisme, Brice Clovis Kaboré, ingénieur burkinabè résidant au Canada, et d’autres (...)
CONCOURS PITCH AGRIHACK BURKINA 2018 Objectif global Les objectifs ultimes du concours consistent à développer les services des jeunes start-ups (...)
LES DERIVES ACTUELLES DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Par Fernand VINCENT, Président de la Fondation de l’Institut (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)
L’Internet est désormais incontournable dans le fonctionnement des institutions. Seulement, sa gouvernance pèche par endroits, du fait des (...)
La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC