Burkina Faso

Education

L’alphabétisation et l’enseignement non formel.

Le Burkina Faso présente une forte proportion de la population n’ayant pas accédé à l’enseignement formel. Un effort est fait avec le système d’enseignement en langue local pour alphabétiser la population adulte. Actuellement, les dispositifs sont en place et toute personne voulant apprendre à lire et à écrire en ville comme en zone rurale dispose d’infrastructures habilité à l’accueillir.

Le taux brut de scolarisation est de 83,0% en 2013/2014. Ce taux connaît un accroissement de 1,7 point par rapport à 2012/2013.

L’enseignement primaire

En 2013/2014, on dénombre 2 594 024 élèves dans le primaire, soit une hausse de 127 645 élèves par rapport à l’année scolaire précédente, représentant une variation relative de 5,2%. Comparé à celui de l’année dernière, le taux de croissance est resté identique.
En 2013/2014, le taux de croissance des effectifs du Privé (10,5%) est supérieur à celui du Public (4,1%). La croissance de l’effectif du privé perd un point par rapport à l’année précédente (11,4%). Près des ¾ des élèves proviennent du milieu rural. Malgré cette part importante ; le milieu rural conserve le même taux de croissance que celui du niveau national (5,2%). Le taux de croissance de l’effectif des garçons gagne 0,6 point par rapport à 2012/2013 tandis que celui des filles perd 0,7 point.

Le Taux Brut de Scolarisation (TBS) est passé de 81,3% à 83,0% entre 2012/2013 et 2013/2014, soit un accroissement de 1,7 point. Cet accroissement est plus important chez les filles que chez les garçons (2,2 contre 1,2 points).D’énormes disparités existent encore entre les régions. La région du Nord enregistre un TBS de 102,3%, tandis que celle du Sahel a toujours un TBS en dessous de la barre de 50%. Seule la région de l’Est a connu une baisse du TBS par rapport à l’année précédente (baisse de 0,4 point). Six régions ont enregistré un TBS des filles inférieur à celui des garçons (Cascades, Centre Est, Centre Nord, Nord, Plateau Central et Sahel).

Le Taux d’Achèvement du Primaire (TAP) est passé de 59,5% en 2012/2013 à 57,6% en 2013/2014, soit une baisse de 1,9 point.

le nombre total de salles de classe entre 2007/2008 et 2013/2014, est passé de 31 809 à 50 444, soit une augmentation de 58,6%. Cette augmentation a été plus remarquable au privé (90,9%) et en zone rurale (68,4%) sur la même période. La proportion des salles de classe sous paillotes des communes prioritaires est restée quasi ces deux dernières années (environ 16%). Le nombre de salles sous paillotes est ainsi passé de 628 à 624 salles entre 2012/2013 et 2013/2014
(Source : MENA, tableau de bord de l’enseignement primaire,année scolaire 2012-2013,novembre 2013)

L’enseignement secondaire
Au Burkina Faso, le taux brut de scolarisation au niveau secondaire pour 2013-2014 est de 12.8% avec 15.9% pour les garçons et 9.8% pour les filles et avec un taux d’achèvement total de 8.9%.
le taux net de scolarisation est de 3.7% pour 2013-2014.
Sur un total de 12 741 classes avec un total de 2015 établissements sur le territoire national, nous avons 11 835 classes avec un total de 1 865 établissements secondaires de l’enseignement général dont 405 établissements sont dans la région du centre.
L’enseignement technique au secondaire est moins important que l’enseignement général en terme d’établissements avec un total de 906 classes et 150 établissements dont 78 sont dans la région du centre.
( MESS,annuaire statistique des enseignements post-primaires et secondaires 2013-2014, août 2013)

L’État a entrepris un vaste programme de construction de collèges d’enseignement général dans chaque département du pays et au moins un lycée dans chaque province. Ce programme est mis en œuvre dans le cadre du projet Éducation Poste Primaire.

L’enseignement supérieur
Au cours de l’année académique 2012/2013, les quatre principales universités publiques des villes de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou ont fonctionné avec 94 professeurs titulaires, 114 maîtres de conférence, 224 maîtres-assistants, 173 assistants et 208 enseignants à plein temps. Les femmes représentent 14% de ce personnel.
L’unique université privée est de type confessionnel. Il s’agit de l’Université catholique St Thomas d’Aquin de Ouagadougou.
En plus de ces universités, plusieurs écoles supérieures offrant des formations dans les secteurs tertiaire et industriel existent dans les villes de Ouagadougou, Bobo Dioulasso et de Ouahigouya principalement. La majorité de ces écoles supérieures appartiennent au privé.
Le nombre d’institutions d’enseignement supérieur (IES) est passé de 60 en 2009/2010 à 87 en 2012/2013, soit une augmentation moyenne annuelle de 9 institutions. Sur la période, la part des institutions d’enseignement supérieur du privé est passée de 65% à 70%.
En 2012/2013, les institutions d’enseignement supérieur du Burkina Faso comptaient 58 566 étudiants pour le public et 15 710 pour le privé, soit un total de 74 276 étudiants. L’effectif des étudiants de 2012/2013 comprenait 32,4% de femmes.
( Source : INSD, tableau de bord de la gouvernance, édition 2014, septembre 2014)

Le nombre d’établissements d’enseignement supérieur est passé de 50 en 2008 à 87 en 2013 dont 67,8% d’établissements privés.
(MESS, tableau de bord de l’enseignements supérieur 2012-2013,décembre 2013)

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

LES DERIVES ACTUELLES DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Par Fernand VINCENT, Président de la Fondation de l’Institut (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)
L’Internet est désormais incontournable dans le fonctionnement des institutions. Seulement, sa gouvernance pèche par endroits, du fait des (...)
La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)
IDE@L Burkina , c’est le projet Innovation, Développement Agricole et Liens vers marché pour les jeunes au Burkina Faso porté par Yam-Pukri et (...)
Le ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro, a officiellement lancé, ce vendredi 30 mars 2018 à Ouagadougou, une plateforme (...)
Au Burkina Faso, l’agriculture constitue l’un des secteurs économiques où plusieurs solutions TIC (Technologies de l’information et de la (...)
L’actualité technologique au Burkina Faso en 2017 a été marquée par plusieurs activités TIC, innovations et mises au point d’applications et (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC