Burkina Faso

Societé civile

SOCIÉTÉ CIVILE

La société civile burkinabé est très composite. Elle regroupe les syndicats, la chefferie coutumière, les communautés religieuses, les mouvements de défense des droits de l’homme, les ONG,les organisations de défense des droits de l’homme, les associations et les groupements.

En général, deux grands groupes d’organisations de la société civile peuvent être
définis. Le premier groupe comprend ceux qui participent à la gouvernance (droits
humains, suivi des politiques publiques, interpellations des gouvernants, activistes,
etc.). Cette catégorie regroupe des organisations ou mouvements qui se positionnent clairement en contre-pouvoir ou en gardiens de la bonne gouvernance. Ils font le
plaidoyer politique. Le second groupe comprend les ONG et les associations de
services. Leurs but est de rechercher des moyens pour répondre aux besoins des
populations les plus exposées à la pauvreté. Généralement, ces organisations évitent le terrain des débats publics se rapprochant de la politique (élections, droits de l’homme,budget, etc.). Cette catégorie se donne une mission d’accompagnement ou de complémentation des opérations de développement dont l’Etat est responsable.
(Source : Siaka Coulibaly,quelle société civile pour le renforcement de la démocratie au Burkina Faso ?, avril 2009)

Le nombre des ONG évolue lentement d’une année à une autre. C’est ainsi que
dans le rapport de synthèse des " Deuxièmes journées de programmation des
ONG" tenues les 25 et 26 septembre 2007, la DGSONG, à travers sa présentation,
estimait l’effectif des OSC à 500 ONG et 20 000 associations
( Source : PARECAP,Rapport sur la contribution des ONG/Association à la lutte contre la pauvreté au Burkina Faso, juin 2010)
L’une des particularités de la société civile burkinabé est son dynamisme. Elle contribue activement au développement du pays surtout à travers des activités de sensibilisation sur des préoccupations sociales, sanitaires, et éducatives dont les plus importantes sont l’excision, le VIH/SIDA, la scolarisation des filles, l’égalité entre les genres…

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)
IDE@L Burkina , c’est le projet Innovation, Développement Agricole et Liens vers marché pour les jeunes au Burkina Faso porté par Yam-Pukri et (...)
Le ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro, a officiellement lancé, ce vendredi 30 mars 2018 à Ouagadougou, une plateforme (...)
Au Burkina Faso, l’agriculture constitue l’un des secteurs économiques où plusieurs solutions TIC (Technologies de l’information et de la (...)
L’actualité technologique au Burkina Faso en 2017 a été marquée par plusieurs activités TIC, innovations et mises au point d’applications et (...)
Quand on cherche un équipement (matériel ou logiciel), on fait souvent la part des choses entre le matériel/logiciel professionnel et le (...)
Chers(ères) professeurs, enseignants(es), étudiants(es) et personnel administratif de l’IPD-AOS, je vous souhaite une bonne année 2018. Je remercie (...)
Avez-vous besoin de savoir comment bien préparer vos terres pour cultiver une certaine plante ? Ou de savoir quelles semences utiliser ? Ou de (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC