E-politique

Médias : Les forums de discussion, tribune d’expression citoyenne par excellence

« Les forums de discussion comme tribune d’expression du citoyen : cas des quotidiens L’Observateur Paalga et Le Pays » ; c’est le thème défendu par Joseph Bambara le 18 mars 2014 lors de sa soutenance de mémoire en vue de l’obtention du diplôme de conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication. Le jury composé de Victorien Aimar Sawadogo (président), Rachid Traoré (suffragant) et Dr Cyriaque Paré (directeur de mémoire), a jugé le travail recevable et a décerné la note de 15/20 à l’impétrant.

L’étude a concerné la période Juin et juillet 2013. Un échantillon de 92 personnes, deux quotidiens des plus lus du Burkina, un moment où l’actualité politique était très riche, et les débats intenses sur la toile aux sujets du sénat et de la modification ou non de l’article 37. « Il nous a paru utile de choisir cette période car elle a constitué un moment riche dans la vie politique de notre pays. C’est un moment idoine pour essayer de prendre la température des citoyens sur ces sujets d’envergure nationale », précise Joseph Bambara. Vous l’aurez compris, le sujet est actuel, voire à la mode.

Le corpus de l’étude était constitué de toutes les éditions en imprimé et en ligne des forums de L’Observateur Paalga et du Pays sur la période sus-indiquée. Le ‘’néo-chercheur’’ dit avoir lu 88 journaux sur cette période et avoir visité régulièrement les sites web respectifs de ces deux quotidiens. Et, 68% des interventions des forumistes avaient trait au sénat, note-t-il.

Des relations d’interactions entre forumistes et médias

Ainsi, par le canal des forums ; les citoyens peuvent s’exprimer sur tous les sujets, sans langue de bois ; faire des propositions de politiques publiques ; permettre aux journalistes de mesurer le niveau d’appréciation de leurs articles et par conséquent de les améliorer ; proposer des angles de traitement sur certains sujets à des journalistes. C’est dire à quel point, les forums permettent aux citoyens de participer à la production de l’information. Au-delà des coups de gueules et autres critiques parfois futiles. Mieux, ils leur permettent aussi de faire directement « des propositions de solutions à nos autorités dans la gestion de la chose publique ».

Joseph Bambara en a relevé un nombre incalculable de réactions allant dans ce sens. Grâce aux forums de discussion, « une relation d’interaction, d’influence va s’instaurer entre les médias et les citoyens ». Ce qui conduit l’impétrant à dire que « avec la naissance des forums, la démocratie prend tout son sens » et « les forums ont un véritable impact sur l’audience des journaux ».

Temps trop bref pour réaliser un travail de niveau universitaire

Pour une étude sur ces ‘’espaces d’opinions contradictoires’’, les difficultés ne pouvaient manquer pour le chercheur. Elles avaient pour noms : l’inaccessibilité à l’information, l’indisponibilité des acteurs, le (court) temps imparti pour mener le travail. « Le temps est assez bref pour un diplôme de ce niveau universitaire », a relevé Dr Cyriaque Paré. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il évoque cette question de temps. Un avis largement partagé par les étudiants de l’ISTIC. Néanmoins, le candidat a, tout de même, abouti à des résultats intéressants, mais qui demandent à être améliorés.

« Ils donnent des tendances pour tous ceux qui s’intéressent à ces nouveaux espaces de socialisation, d’expression démocratique », a noté Dr Paré. C’est donc à l’unanimité que le jury a jugé le travail recevable- en dépit de quelques insuffisances - et décerné la noté de 15/20 à l’impétrant. Ce qui lui confère désormais le grade de conseiller en sciences et techniques de l’information et de la communication.

Moussa Diallo

Faso-tic.net

Dans la même rubrique

logo

Dans d'autres rubriques

La numérisation de la chaîne de valeur a transformé les transactions commerciales dans le secteur de l’agriculture. Les codes-barres avaient été une (...)
Le Burkina Faso a été réélu membre du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). C’était le 17 août 2018 à Nairobi, dans (...)
Comme solution technologique au terrorisme et au grand banditisme, Brice Clovis Kaboré, ingénieur burkinabè résidant au Canada, et d’autres (...)
CONCOURS PITCH AGRIHACK BURKINA 2018 Objectif global Les objectifs ultimes du concours consistent à développer les services des jeunes start-ups (...)
LES DERIVES ACTUELLES DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Par Fernand VINCENT, Président de la Fondation de l’Institut (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)
L’Internet est désormais incontournable dans le fonctionnement des institutions. Seulement, sa gouvernance pèche par endroits, du fait des (...)
La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC