E-gouvernance

Gouvernance de l’Internet : Les francophones se mettent au diapason des concepts et terminologies

Ouagadougou abrite du 27 au 31 juillet 2015 un séminaire international dédié à la formation des formateurs sur la gouvernance de l’Internet et des autres systèmes d’information. C’est Nébila Amadou Yaro, ministre du Développement de l’économie numérique et des postes, qui a présidé, au nom du Premier ministre Zida, l’ouverture de la session de formation regroupant quinze pays francophones.

Jusque-là, la plupart des rencontres internationales sur la gouvernance de l’Internet se sont déroulées en langue anglaise ; ce qui pose souvent des difficultés aux participants francophones pour maîtriser tous les contours des concepts et terminologies abordées.
Le séminaire international de cinq jours qui se tient depuis ce lundi 27 juillet 2015 à Ouagadougou sur le thème « Formation des formateurs sur la gouvernance de l’internet et des autres systèmes d’information » est un début de solution à ces difficultés de compréhension liées à la non maîtrise de la langue anglaise, et de la culture anglo-saxonne. En effet, les participants (formateurs et stagiaires) viennent de 15 pays francophones d’Afrique.

Initiative soutenue par plusieurs institutions

Placée sous le haut patronage du Premier ministre burkinabè Isaac Yacouba Zida, l’initiative de la présente formation est soutenue par les institutions telles le ministère du développement de l’économie numérique et des postes (MDENP) ; l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) ; l’ICANN Afrique et l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Toutes ces organisations étaient représentées à l’ouverture du séminaire par des responsables : Le MDENP par le ministre Nébila Amadou Yaro représentant du Premier ministre Isaac Yacouba Zida, patron de la cérémonie ; l’ARCEP par son président Mathurin Bako, parrain ; l’ICANN Afrique par son vice-président Pierre Danjinou et l’OIF par Emmanuel Adjovi de la direction de la Francophonie numérique. Tous ces responsables ont pris la parole à la suite du mot de bienvenue du président du comité de pilotage, Pierre Ouédraogo.

Initiative unanimement saluée

Les officiels se sont félicités, les uns après les autres, de la pertinence de la session de formation qui va permettre aux bénéficiaires de mieux maîtriser les concepts et terminologies et partant, les enjeux sur la gouvernance de l’internet, de mieux occuper la place et jouer le rôle qui sont les leurs dans ce débat sur la gouvernance de l’internet. Débat qui devrait concerner tout le monde, sur les Africains, très en retard sur l’utilisation de l’internet qui pourtant devient de plus en plus incontournable dans nos vies tant le nombre de ses utilisateurs ne cesse de croître.
Et c’est en ces termes que le président de l’ARCEP posera la problématique de l’Internet et de sa gouvernance : « L’Internet aujourd’hui, c’est au moins quatre milliards d’utilisateurs à travers le monde. Pour poursuivre son succès, cette ressource importante doit rester ouverte et interopérable afin d’assurer l’implication de toutes les parties prenantes dans les processus de prise de décisions. Cependant, nous avons tous conscience que c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est dire que la question de savoir comment l’Internet sera gouverné et par qui continue et continuera de susciter un vif intérêt ».

Au nom du Premier ministre, le ministre Yaro a souhaité que la présente formation des formateurs sur la gouvernance de l’internet s’étende aussi aux autres systèmes d’information, exprimant toute la disponibilité de son département à toujours accompagner les actions allant dans ce sens.

Il a aussi exprimé la disponibilité du Burkina à accueillir régulièrement cette formation des formateurs sur la gouvernance de l’internet et des autres systèmes d’information dont c’est la première édition.

En marge de la présente cérémonie, le directeur du Bureau du développement des télécommunications à l’Union internationale des télécommunications (UIT), le compatriote Brahima Sanou a été fait Commandeur de l’ordre national par les autorités de la transition. « C’est avec humilité que je reçois cette distinction que je dédie à ma femme, ma famille, tous les Burkinabè de l’extérieur qui œuvrent quotidiennement pour le rayonnement du Burkina Faso », a indiqué en substance le Commandeur Sanou. « Cette distinction est une invite à persévérer dans mes actions en faveur du rayonnement de mon pays à l’extérieur ».

A l’écouter, le Burkina Faso a les moyens de jouer pleinement son rôle, d’occuper valablement sa place dans le concert des nations sur cette question de l’Internet. Tout est question, dit-il de volonté et d’organisation. Parlant d’organisation, il est prévu le vendredi 31 juillet 2015 une table ronde. Elle devrait être l’occasion pour les participants à la présente formation de s’organiser et de mieux faire entendre la voix des francophones par rapport au débat sur la gouvernance de l’Internet.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

Avez-vous besoin de savoir comment bien préparer vos terres pour cultiver une certaine plante ? Ou de savoir quelles semences utiliser ? Ou de (...)
Conservations parents professeurs : Les questions que l’on pose à un pauvre enseignant en début de rentrée, monsieur, ma fille, mon fils a eu son (...)
Vous recevez souvent des PDF et vous devrez les remplir parfois manuellement, parfois électroniquement. vous faites souvent du copier coller et (...)
L’Université Ouaga 2 a célébré ses meilleurs étudiants au cours d’une cérémonie organisée, ce mardi 3 octobre 2017, en partenariat avec l’ONG sud-coréenne (...)
Comme chaque année Yam-Pukri a une fois de plus respecté la tradition en accueillant pendant trois semaines ( 07 au 30 Aout 2017) des jeunes de 12 (...)
En tant que blogueur, j’ai été interpellé en off sur certains sujets. On me demande mon avis sur certaines choses dont la question du FCFA. Je ne (...)
Après l’ordinateur calebasse, les tapis de souris en cuir Burkinabè, les sacs d’ordinateurs en cuirs et en tissu Bogolan, la cellule technique et (...)
Une unité centrale avec une carte Ncomputing, 6 écrans, des claviers et souris, tel est le lot de matériels que Yam Pukri a remis à l’association (...)
Un groupe de jeunes conduit par Wendpanga Roger Zoundi, un Ingénieur des données en formation, s’est formalisé en association avec Conseil (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC