Country Gateway

Le DPP séquence 1 a bien démarré à Ouagadougou.

Pour la 3ème année consécutive, le Diplôme en politiques et pratiques du développement délivré par la Graduate Institute of development Studies a commencé sa séquence à Ouagadougou dans les locaux de Yam Pukri, partenaire du programme.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas ce programme, le DPP est un master professionnel delivré par la HEID de Genève en collaboration avec des instituts et organisations du SUD comme : l’Institut supérieur de technologies appliquées (ISTA), Bamako, Mali, Asian Institute of Technology in Vietnam (AIT-VN), Hanoi, Vietnam, University of Ghana Business School (UGBS), Accra, Ghana, KIMEP University, Almaty, Kazakhstan, Centro de Estudios y Promoción del Desarrollo (desco), en collaboration avec l’Instituto de Democracia y Derechos Humanos de la Pontificia Universidad Católica del Perú (IDEHPUCP), Lima, Pérou

Le DPP vise à contribuer à la mise en œuvre d’actions de développement durables et efficaces, qui soient respectueuses de la diversité culturelle et sociale.

La première séquence qui va durer un mois permettra aux étudiants qui viennent de pays différents de se confronter aux rudiments de la recherche théorique et de faire des travaux de terrain. Au retour dans leur pays respectif, les étudiants vont préparer des mémoires qu’ils iront soutenir à Genève pendant la 3e séquence. Mr Daniel Fino, socio-économiste qui a été à l’origine de ce programme en tant que directeur travaille plus de 30 ans à l’IHEID et intervient dans le domaine de la coopération internationale et la gestion des projets.

Mr Fino pense que le groupe est dynamique, très motivé et très engagé dans la participation des débats. Il qualifie cette 12e promotion d’être une bonne sélection. Selon lui, les conditions de travail au niveau de Yam Puki sont très adaptées pour le programme.

Pour Mr DORVIL Bob, Haïtien d’origine, il pense que le DPP est une opportunité pour concilier le travail à la formation. Il apprécie le niveau des professeurs qui sont très excellents selon lui.

SALEY Hadiza agent de développement au Niger, la formation cadre ses besoins pour le futur. En tant qu’agent de développement je voulais avoir un master professionnel pour obtenir plus d’outils pour mon travail, nous confie t-elle. Poursuivant, elle avance que pour prétendre au développement, il faut que les pays africains changent de comportement, surtout au niveau de la gouvernance.

Pour le début des cours, elle trouve les conditions de travail satisfaisantes.

http://dpp.graduateinstitute.ch/fr/home.html


Leticia, Yam Pukri/Burkina-NTIC

Portfolio



Les plus récents de cette thématique