E-gouvernance

TIC : Lefaso.net sur Blackberry

Plus qu’un téléphone portable, c’est un véritable bureau portatif. Le BlackBerry depuis son introduction au Burkina, par la compagnie de téléphonie Zain, n’a de cesse de conquérir le marché ; à l’image du président américain Barack Obama, les utilisateurs de ce portable en deviennent vite des accros.

A la recherche de la 25ème heure, voici ce qui guide les utilisateurs du BlackBerry. “Il n’est pas question que je perde du temps dans mon travail parce que je n’ai pas accès à mes mails“, ainsi s’exprime le jeune entrepreneur burkinabè Idrissa Sondé. Yacouba Yaro, un autre usager, ira même plus loin : “Avec mon BlackBerry, je peux continuer à travailler à la maison, même dans mon lit, sans que cela ne soit gênant pour mon entourage“. Ces utilisateurs burkinabè après seulement quelques semaines d’utilisation de leur téléphone BlackBerry ne peuvent plus s’en passer. Une récente étude internationale arrive d’ailleurs à la conclusion que les utilisateurs du BlackBerry gagnent en moyenne une heure de plus dans la journée par rapport aux autres. En fin de mois, cela fait une différence considérable dans la productivité.


Yacouba Yaro, un client

“Lefaso.net“, sur le BlackBerry, voici l’une des attractions de cet outil au Burkina Faso. Pour Yacouba Yaro, « même quand nous sommes en déplacement à l’intérieur du pays, nous sommes permanemment au même niveau d’information que ceux qui sont restés à Ouagadougou » ; « nous sommes parfois mieux informés que ceux qui se contentent des nouvelles des médias traditionnels », poursuivra t-il. Zain qui commercialise le BlackBerry au Burkina Faso, offre en plus des pages de votre journal en ligne Lefaso.net, des petites astuces régulières allant dans le sens de mieux appréhender le monde des affaires ou de mieux utiliser l’outil informatique.

Olivier Njapoum, le Directeur Marketing de Celtel

“Votre bureau dans la main“, c’est ainsi que Hervé Olivier Njapoum, le Directeur Marketing de Celtel, définit le BlackBerry. Le temps passé dans une salle d’attente, d’un bureau, d’un aéroport ou autres, peut être mieux utilisé si l’on a son BlackBerry. Cet outil permet d’avoir accès à toutes les ressources de son bureau, d’envoyer et de recevoir des emails, de faire des corrections sur des textes et les envoyer à un collaborateur et bien entendu de passer des appels et d’en recevoir. Avec le BlackBerry poursuivra Hervé Olivier Njapoum, la rentabilité se ressent dès la première heure d’utilisation. C’est donc fort logique que Barack Obama le président des Etats Unis d’Amérique ne puisse plus s’en passer. Rentrer plus tôt chez soi, voici aussi l’avantage qu’offre le BlackBerry ; vu que l’on avance plus vite et que l’on gagne beaucoup de temps, on peut rentrer un peu plus vite du travail. D’où un meilleur épanouissement dans la famille.
Olivier Njapoum, le Directeur Marketing de Celtel

S’il est vrai que le BlackBerry plaît et a déjà conquis un certain public, il demeure néanmoins un outil élitiste. Au prix comptant de 410 000 FCFA, le BlackBerry commercialisé par Celtel Burkina n’est pas à la portée de tous. Mais l’usager Yacouba Yaro estime qu’avec le temps, le prix devrait avoir une tendance à la baisse. Pour le Directeur marketing de Celtel, les portables sont vendus sans aucune marge bénéficiaire de leur part ; et toujours selon lui, le coût de la connexion internet qui est de 22 500 FCFA mensuel, est le prix moyen du marché. Il se satisfait par ailleurs du niveau de pénétration de cet outil : “Toutes nos attentes ont été dépassées“, dira t-il. N’est ce pas cela, que de réduire la fracture numérique !

Hermann Nazé

source : www.lefaso.net

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

« Innovation numérique pour la transformation structurelle de l’économie et de la société », tel est le thème de la 14ème édition de la Semaine Nationale (...)
La numérisation de la chaîne de valeur a transformé les transactions commerciales dans le secteur de l’agriculture. Les codes-barres avaient été une (...)
Le Burkina Faso a été réélu membre du Conseil d’administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). C’était le 17 août 2018 à Nairobi, dans (...)
Comme solution technologique au terrorisme et au grand banditisme, Brice Clovis Kaboré, ingénieur burkinabè résidant au Canada, et d’autres (...)
CONCOURS PITCH AGRIHACK BURKINA 2018 Objectif global Les objectifs ultimes du concours consistent à développer les services des jeunes start-ups (...)
LES DERIVES ACTUELLES DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE L’AIDE AU DEVELOPPEMENT Par Fernand VINCENT, Président de la Fondation de l’Institut (...)
Ce vendredi 27 juillet 2018, Aminata Ouédraogo, étudiante à l’Institut panafricain d’études et de recherche sur les médias, l’information et la (...)
La Banque mondiale soutient le Programme national d’investissement agricole (PNIA) à travers son volet e-agriculture. Cette agriculture numérique, (...)
Pour Ken Lohento, de la documentation à l’agriculture, il n’y a qu’un pont : les technologies de l’information et de la communication. A 44 ans, il (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC