La gestion des données en ligne décryptée à l’ intention des organisations paysannes

Convaincue de la pertinence que les OP doivent savoir gérer leurs données en ligne le réseau Burkina ntic en collaboration avec l’ ONG C4C( Connect For Change) a tenu un atelier sur la gestion des données en ligne le vendredi 5 Décembre 2014 dans la salle de conférence de ladite association.

L’atelier sur la gestion des données en ligne initié par le réseau Burkina ntic et C4C ( Connect For Change) a vu la participation des organisations paysannes de Ouagadougou, de Pabré, de Léo et de Dédougou.

La problématique de la gestion des données numériques est à l’ordre du jour à cause de la multiplicité des fichiers numériques gérés par les organisations. Il existe peu d’organisations possédant une charte de nommage de fichiers, de système de protection matériel et logiciel de leurs données. Le temps de recherche d’une information est souvent très long et le départ d’une personne ou encore le vol ou la casse d’un ordinateur signifient une grosse perte de données.
C’est pour ces raisons que les OP ont voulu en connaître davantage sur des stratégies à même de les aider dans l’organisation et la protection de leurs données numériques, d’où l’objet de cet atelier.
M. Ouédraogo Sylvestre, Responsable de Yam – Pukri, a, dans une première partie lancé le débat en demandant à chaque organisation de présenter son expérience en matière de nommage et de sauvegarde de fichiers numériques. Chaque organisation a sa propre technique et cet échange a permis aux participants de s’enrichir mutuellement.

Le Dr Ouédraogo a aussi porté à la connaissance des participants que dans la culture du numérique, il ne faut pas en vouloir aux matériels, mais il faut s’accuser soi-même. Cela signifie qu’il faut avoir de la vision et savoir anticiper. Pour cela, à en croire les dires du conférencier, il faut trouver des précautions pour éviter les éventuels désagréments : un ordinateur peut tomber en panne, mais pas les informations numériques qui doivent rester immortelles.

La deuxième phase de l’atelier sur la gestion des données en ligne a consisté en la présentation des logiciels Dropbox, Google Drive et OneDrive. M. Issouf Compaoré, informaticien à Yam Pukri s’est chargé de cette tâche.

Ce sont en effet des dispositifs qui permettent de sauvegarder des données dans le Cloud, c’est-à-dire sur des serveurs externes et en même temps avoir une copie dans son ordinateur de bureau ou son téléphone portable.

Monsieur Sawadogo Boukary de la Fédération Nununa dit avoir compris au sortir de cet atelier qu’il est aujourd’hui capital de diversifier les sources de sauvegarde des données. Il poursuit qu’il sait désormais que la sauvegarde en ligne est un moyen de sécurisation supplémentaire des données.numériques

Après cette présentation des Clouds ; l’introduction à la notion d’intranet avec le serveur Synology et des exemples d’intranet réalisés par Yam-Pukri (AGRICO, Pro Impact ) ont été présentés par Dao Yacouba, développeur web à Yam Pukri. À en croire les participants, cet atelier leur a permis d’enrichir leurs pratiques en matière de gestion numérique et cet exercice .

Pélagie SANDWIDI
stagiaire à Yam-Pukri/ Burkina NTIC



Les plus récents de cette thématique