Agenda

Symposium netsuds 2009 à Bordeaux

Symposium Netsuds 2009- APPEL A COMMUNICATION
APPEL A COMMUNICATION

SYMPOSIUM NETSUDS2009

Politiques et modes d’appropriation des TIC dans les Suds

Sciences Po Bordeaux

Maison des Suds – CEAN- CNRS Esplanade des Antilles Domaine universitaire de Bordeaux

13-14-15-16 octobre 2009

Par le Groupe de recherche international du CNRS, NETSUDS

Avec la collaboration de

VOX INTERNET Programme soutenu par l’ANR

Soutiens financiers Région Aquitaine- CEAN- CNRS-Sciences Po Bordeaux

APPEL A COMMUNICATIONS

Le colloque se situe dans le cadre du programme du GDRI Netsuds créé par le CNRS et soutenu par la Région Aquitaine (qui arrive à échéance fin 2009), dont le but est de mener une analyse pluridisciplinaire comparée des politiques et des modes d’usages et d’appropriation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les pays des Suds, particulièrement en Afrique et en Amérique Latine. Dans ce cadre, il s’agit de nous interroger sur la manière dont ces TIC modifient les stratégies et les trajectoires de développement. Ce colloque vise à présenter le bilan des travaux du réseau, à les confronter avec d’autres et à ouvrir de nouvelles perspectives autour de trois grands dossiers :

1. analyse des politiques et des stratégies (jeux et enjeux public-privé) du déploiement, de l’insertion et de la promotion des TIC dans les territoires (analyse des fondements idéologiques de ces politiques, des discours et processus décisionnels, du développement des infrastructures de télécommunications ainsi que des types d’accès et de services).

2. analyse des modalités d’usage telles que manifestées par les différentes catégories d’utilisateurs (individuels et collectifs, plus ou moins structurés, de diverses tailles) dans plusieurs champs (économique, politique, culturel et social) et à plusieurs échelles (locale, nationale, régionale, continentale, mondiale) avec une question essentielle : comment s’articulent les politiques et les modes d’appropriation ?

3. analyse des effets et impacts des usages des TIC, comprendre les dynamiques de changement économique, politique culturel et social à travers le prisme des TIC, sans, pour autant, tomber dans les travers du déterminisme technique.

Les communications devront se rapporter à l’un des thèmes suivants :

1 – Du global au local, perspectives de l’accès universel

Quelle est l’évolution et quelles sont aujourd’hui les perspectives relatives à l’accès universel dans les pays des « Suds » ? Ce thème a fait l’objet du précédent colloque de Netsuds en novembre 2007 à Dakar mais reste d’actualité étant donné l’évolution rapide des équipements pour l’aménagement numériques des territoires. En effet, avec la convergence de tous les médias vers l’Internet qui génère une demande de liaisons à haut débit, nous sommes à une étape de développement du réseau mondial : celle de l’aménagement numérique des territoires où la géographie physique ou technique du réseau revient en force alors qu’elle avait été oubliée ou même niée (on a prédit la fin de la géographie) au cours d’une première phase de son développement. En effet, la prise de conscience d’une fracture numérique multiforme mais avant tout géographique entre Nords et Suds, régions centrales et régions périphériques, et la demande des nouveaux usages multimédias impliquent une décentralisation des infrastructures d’accès voire la création de nouvelles lignes dédiées de télécommunications. Quelles sont les politiques et les solutions techniques mises en oeuvre pour connecter le continent africain à différentes échelles géographiques et diffuser le haut débit à des coûts acceptables pour tous les protagonistes, de l’opérateur à l’utilisateur final ? Quel est l’état des débats et des tensions entre différents types d’acteurs, privés, publics, associatifs, nationaux et internationaux, qui différent selon que l’on se situe au centre ou en périphérie du système ? Quelles logiques économiques s’affrontent : la pure logique du marché ou celle qui a prévalu aux débuts de l’Internet, le modèle coopératif, où le réseau deviendrait un bien public mondial ? Comment est résolue la question cruciale de la liaison jusqu’au client, celle du "dernier kilomètre ? » Qu’en est il de l’état des accès publics dans différents contextes, multiplication dans certains pays, crise et fermeture dans d’autres, substitution par la téléphonie mobile ?

2 - Usages innovants et impacts

2-1 - TIC et entrepreneuriat, innovation, appropriation, transfert

La « nouvelle économie » est une réalité socio-économique à multiples facettes, difficile à mesurer et à nature non-universelle, ce qui invite à la considérer comme un chemin particulier dans l’économie du développement. Nous souhaitons la présentation de travaux sur l’émergence d’une « nouvelle économie » régionale où il s’agit d’analyser la diversité des trajectoires nationales et de caractériser la malléabilité de cette économie à des environnements très divers. Quelles sont les formes locales d’organisation technico-industrielle qui structurent, voire polarisent des activités de production et d’innovation technologique ? Quelles sont les formes locales d’organisation juridico-administrative qui contribuent (ou non) au développement des ces activités ? Quels sont les mécanismes d’ancrage territorial d’activités industrielles ou artisanales dans le domaine des TIC et leur intégration aux réseaux scientifiques et technologiques internationaux ? Comment se pose la question de la délocalisation : selon le point de vue des firmes d’origine et celui du pays d’implantation ? Comment les entreprises s’approprient-elles les TIC et quelles en sont les implications en matière de participation aux marchés mondialisés et de développement économique ?

Il se développe aujourd’hui, à la fois dans les pays industrialisés et dans les pays pauvres, dans un contexte de démocratisation des technologies de l’information, toute une série d’innovations techniques et sociales. Des technologies alternatives permettent-elles de diffuser les biens d’information à coûts suffisamment faibles pour répondre aux besoins des populations pauvres ? On se réfère là aux choix concernant les technologies sans fil, à tous les enjeux du haut débit, à l’utilisation de nouvelles fréquences, (ressource limitée), à la mise en place de réseaux fragmentés faisant appel aux réseaux radio sur IP (Wifi, Wimax, etc.), au développement de la Voix-sur-IP et à l’adaptation des techniques aux conditions locales (bricolage), à la chaleur, la poussière.

La migration d’Internet sur le téléphone mobile peut elle permettre de répondre aux besoins, le mobile est il l’ordinateur de demain ? Quelles sont les stratégies adoptées ? Un autre type de logique que l’on peut qualifier « d’innovation par l’usage » se développe aujourd’hui :
- L’implication de multiples acteurs : individus, associations, collectivités territoriales, universités, entreprises, partenariat public privé.
- une culture du partage et de l’autoproduction dans les contenus (web2, téléchargement…), dans les accès (la prolifération des accès publics au Sud), dans les outils (logiciels libres, réparation, recyclage), dans les revenus (une équation économique et sociale basée sur une logique de solidarité entre les acteurs).
- des réglementations nationales et un jeu mondial des normes et des standards technologiques, produits sociaux qui contraignent les contextes locaux pour leur choix technologique de services et le développement des usages. Quels montages financiers sont mis en place dans de tels contextes : micro crédit, coopération bilatérale et décentralisée, sponsoring etc ? Quel est la nature, le rôle et le poids d’une économie informelle des TIC qui réponde aux besoins d’une population à faibles revenus ? Peut on parler à ce propos d’expressions de ces formes « d’innovation par l’usage » ?

2-2- TIC et mobilités, diaspora, migrations

Dans la perspective d’une relation à distance sans retour (option diaspora) ou avec retour (option migration), le GDRI vise à mieux cerner le rôle joué par les TIC dans la création et la consolidation des réseaux d’action transnationaux liant les migrants à leurs pays d’origine. Les enjeux sont : théoriques, car il s’agit de comprendre le lien entre la mobilité, la création de systèmes d’action transnationaux et les conditions d’efficacité de ces derniers en tant que vecteurs et producteurs de compétences, de savoirs et de ressources vers les pays d’origine ; méthodologiques, car il s’agit de mesurer l’impact réel des TIC sur la création et la consolidation de ces structures d’action transnationales, ce qui suppose une démarche pluridisciplinaire capable d’isoler cette influence dans des situations politiquement, économiquement, culturellement et socialement complexes ; politiques, car la circulation des compétences et leur mise en réseau sont devenues un enjeu crucial des politiques migratoires, scientifiques et techniques et de coopération, pour lequel les TIC constituent un élément structurant majeur.

2-3 - TIC media et contenus

Internet est un outil de médiation qui intègre les médias traditionnels presse, radio, télévision mais qui en outre crée de nouvelles formes médiatiques qui mettent à la disposition de tous les publics des données dans tous les domaines. Quelle est l’offre disponible sur internet en matière d’informations et/ou de communication (médias qui ont migré sur la toile et nouvelles formes d’expression comme les sites portail ou les blogs et forum politiques, les réseaux sociaux) ? Quelle est la variété des usages, à la fois du côté des professionnels et des usagers des médias :
- dans la production d’information, comment des technologies nouvelles ont changé – inégalement les pratiques des journalistes, créant un fossé entre ceux qui ont gardé leurs habitudes et les autres ?
- dans les pratiques des lecteurs/auditeurs/téléspectateurs/usagers des technologies nouvelles, comment Internet permet-il de s’approprier les médias locaux, comment est-il utilisé pour lire la presse « locale » (du pays d’origine), écouter la radio, regarder la télévision.
- on présentera les formes d’usages dans différents secteurs comme l’éducation, le commerce, l’agriculture et plus largement pour le développement durable…

3 - Jeux et enjeux autour de la régulation du secteur

Quelles sont les stratégies publiques, privées et mixtes de régulation juridique des activités liées à l’utilisation des TIC ? Quelles sont les modalités d’introduction et d’usage des TIC dans leur environnement institutionnel spécifique, qui découle des dispositifs juridiques et réglementaires et plus globalement des actions publiques ? La conjoncture en Afrique est forte d’initiatives diverses d’institutions et de programmes qui cherchent à harmoniser les actions dans un sens transnational. Les TIC constituant un domaine où l’intégration peut permettre de faire des avancées rapides, les unions douanières (UEMOA, CEMAC, etc.), les communautés économiques régionales (CEDEAO, COMESA, etc.), le NEPAD, ainsi que la « société civile » tentent de développer une approche globale dans les options stratégiques sur les NTIC. Quelle peut être la place des Suds dans la gouvernance pour Internet ? Quel est le rôle de l’État dans le contrôle et la régulation des infrastructures et des services de télécommunications ? Quel est le rôle des ONG, en particulier dans le lobbying pour plus de démocratie ? Où en est le partenariat pubic-privé prôné par le Sommet mondial de la société de l’information ( SMSI ) ? La question de l’administration et de la gouvernance électroniques sont à l’ordre du jour en Afrique comme dans les autres continents étant donné leurs potentialités théoriques et pratiques. Comment de tels systèmes, conçus dans des univers où l’informatisation de la société est extrême, au point d’en arriver à un encartement proliférant des individus et à l’interconnexion des territoires, peuvent-ils se concrétiser dans des pays caractérisés au contraire par les carences de l’enregistrement des biens et des personnes, avec des territoires lacunaires où les réseaux physiques sont discontinus et médiocres ? En Afrique, l’informatisation est notamment vue par ses promoteurs comme un moyen de formaliser l’informel et d’améliorer la gouvernance. Cependant, si elle peut être un vecteur pour la démocratie elle donne aussi la possibilité de renforcer le contrôle des individus. La réflexion sur les relations entre l’Etat, le droit et les TIC est donc au centre de la problématique. Quels sont les discours et les pratiques de e-gouvernance dans les pays à différentes échelles ? Quel est le rôle des instances internationales, la perception et les actions de l’Etat et des collectivités locales, les réactions et les usages des populations locales ?

Modalités pratiques

• 15 avril 2009 : Réception des propositions de communication (le thème choisi, le titre, 5 mots clés, une proposition de 6000 caractères maximum, bibliographie), - indiquer l’institution d’appartenance du ou des auteurs, la fonction, l’adresse électronique, l’adresse postale complète, le téléphone et le fax.

• 15 mai 2009 : Notification d’acceptation

• 30 juillet 2009·Remise des textes (maximum 40 000 signes espaces compris)

• Contact : Elizabeth Vignati (e.vignati@sciencespobordeaux.fr)

Comité scientifique

Annie Chéneau-Loquay (Directrice de recherche, CNRS/CEAN, Sciences Po Bordeaux, Coordinatrice du GDRI Netsuds) Responsable scientifique Einaar Braathen (Senior Research Fellow at the Norwegian Institute for Urban and Regional Research.

Alioune Camara (CRDI – Dakar pressenti)

Abdoullah Cissé (Professeur, Université de Bambey, Sénégal) Marie CORIS (Maître de conférences, Université de Bordeaux) Dana Diminescu (Paris Tech, France Telecom, FMSH Paris) Philippe Engelhard (Maître de conférences, Université du Mans) Alain Kiyindou (Maître de conférences, Université de Strasbourg, pressenti) Thomas Guignard (Université de Lille) Aurélie Laborde (Maître de conférences, Université de Bordeaux) Annie Lenoble-Bart (Professeur, Université de Bordeaux) Michel Lesourd (Professeur, Université de Rouen) Françoise Massit Follea (Fondation MSH Paris, Responsable du programme Vox Internet II) Jean Baptiste Meyer (Directeur de recherche IRD) Mihoub Mezouaghi (AFD) (pressenti) Nicolas Péjout (Chercheur associé au CEAN, Eurogroup) Gilles Puel (Maître de conférences, Université de Toulouse) Olivier Sagna (Maître de conférences, Université de Dakar, Sénégal) Comi Toulabor (Directeur de recherche, Fondation Nationale des sciences politiques-CEAN) William Turner (Responsable de l’équipe socio-informatique du LIMSI, CNRS) Philippe Vidal (Maître de conférences, Université du Havre)

Comité d’organisation

Annie Chéneau-Loquay (CNRS/CEAN, Sciences Po Bordeaux, Coordinatrice du GDRI Netsuds) Elizabeth Vignati (Ingénieur de recherche CNRS-CEAN) Mbaye Dieng (Docteur, Netsuds) Moda Gueye, (Doctorant Netsuds) Ousmane Sary (Doctorant Netsuds)

Partenariats

En France

- Le Centre d’Etudes d’Afrique Noire (CEAN) de l’Institut d’études politiques de Bordeaux, responsable du programme AFRICA’NTI
- L’équipe socio-informatique du LIMSI, Département sciences et technologies de l’information et de la communication du CNRS à Orsay
- Le Département Santé et société, UROO3 Travail et mondialisation de l’IRD, à Montpellier
- Le programme migrations de la MSH de Paris
- L’équipe sur les milieux arides de l’université de Rouen (LEDRA)
- L’équipe de Vox Internet II, "Gouvernance de l’Internet : la construction démocratique des normes", FMSH Paris

En Norvège

- l’Université ‘Oslo

En Afrique du Sud

- L’Institut français d’Afrique du Sud (IFAS)
- Le Council for Scientific and Industrial Research (CSIR)

Au Sénégal

- Le Laboratoire de recherche Africajuris de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis

Autres partenaires pressentis

L’Agence française de développement (AFD) L’Agence universitaire de la francophonie (AUF) L’Agence mondiale de solidarité numérique (AMSN) …

Dans la même rubrique

logo
logo
logo
logo
logo
logo
logo

Dans d'autres rubriques

« L’université virtuelle va lancer ses premières offres de formation à la rentrée 2020/2021 » foi de son chargé de mission. Professeur titulaire en (...)
Le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Alkassoum Maïga a procédé à la remise officielle (...)
Krita est l’une des références en matière de logiciel libre de dessin sous Windows. Il est complet, performant et simple à prendre en main. Un (...)
Les smartphones sont devenus des ordinateurs de poche et le grand problème que nous rencontrons est la saturation de l’espace de stockage ainsi que (...)
Le samedi 18 avril, de jeunes développeurs burkinabè ont présenté au Ministre de l’économie numérique une solution numérique qui rentre dans le cadre de (...)
Le Dr Serges DIAGBOUGA, président de la commission ad’ hoc du COVID-19, mis en place par le Haut conseil national de la recherche scientifique et (...)
Le vendredi 10 Avril dernier, le PNUD en collaboration avec le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes et celui de la Santé (...)
L’association Yam Pukri, en collaboration avec le Centre technique de coopération agricole et rurale, a fait le bilan de la première année de la (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Partenaires