Savoirs locaux

Port sec de Bobo-Dioulasso : une place économique forte pour l’Uemoa

L’inauguration de la gare routière internationale de Bobo-Dioulasso, le vendredi 22 janvier 2010, constitue un évènement majeur dans la vie socioéconomique du Burkina Faso et de la sous-région. Placé sous le haut patronage du président du Faso, la manifestation a déplacé un grand nombre de responsables et d’acteurs politico-économiques de notre pays et de la sous-région…

C’est, incontestablement, une belle et majestueuse infrastructure, qui s’étend sur un domaine de 120 hectares et qui ambitionne de répondre désormais, entre autres, à une « demande de plus en plus croissante des transporteurs pour l’entreposage des marchandises ». En fait, ce qui est à présent inscrit au patrimoine commun comme étant le « port sec » de Bobo-Dioulasso vise à « mettre à la disposition des transporteurs, une plateforme moderne et adéquate de fret, en vue des formalités douanières en un seul lieu pour l’importation et l’exportation des marchandises ». Et il aura fallu du temps, de l’énergie, de la ténacité pour la concrétisation de ce projet, vieux de plus de 20 ans, véritable outil intégrateur pour les économies de la sous-région.

On peut donc comprendre la légitime fierté du gouverneur de la région des Haut-Bassins, Pascal T. Benon, lorsqu’il salue « la clairvoyance des décideurs à faire du Burkina un pays qui émerge et qui occupe dignement sa place dans le concert des nations ». Car, à l’évidence, au-delà de son importance majeure pour tout l’Ouest du Burkina, la gare routière internationale de Bobo-Dioulasso, encore appelée « Boborinter », constitue déjà une plateforme de choix pour le transbordement rail-route, et une place forte d’échanges commerciaux pour les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa).

Cela n’a pas échappé aux pays voisins, qui ont dépêché des représentants dans la ville de Sya, afin d’être des témoins de la mise en route de ce nouvel instrument d’une meilleure promotion de l’intégration par le commerce. Ainsi, le Directeur général du Port autonome de Dakar, Bara Sady, ne doute pas de l’accroissement notable des échanges entre le Burkina et son pays, le Sénégal, qui dispose déjà d’une infrastructure similaire, qui s’étend sur 21 hectares. Pour lui, en effet, « le port sec de Bobo-Dioulasso jouera un rôle important dans les échanges ». Même son de cloche de la part du Directeur des opérations portuaires du Port autonome de Lomé, Komi Gameli Toussa, qui note au passage le mouvement d’accélérateur que jouera « Boborinter » dans la complémentarité des actions, des offres et des opportunités des différentes infrastructures portuaires du bord de mer pour les pays enclavés.

Deux défis

Tout le monde est donc d’accord sur la pertinence de la mise en œuvre de cette gigantesque infrastructure, qui vient relever, selon le président du Faso, Blaise Compaoré, deux défis majeurs. D’abord, celui d’une meilleure organisation du traitement du fret, qui s’impose aux pays de l’hinterland en raison de « la libéralisation des échanges dans un contexte international de crises ». Ensuite, « l’adoption et la mise en œuvre de politiques efficaces de désenclavement et de dynamisation du monde des affaires », corollaire de « l’accélération de la croissance et la réalisation des objectifs de développement dans les pays dépourvus de littoral maritime ». Aussi, en coupant le ruban symbolique du port sec de la ville de Sya, vendredi dernier, le président du Faso, -qui avait notamment à ses côtés, Me Stanislas Bénéwendé Sankara, qui opérait sa première sortie officielle dans ses nouveaux habits de chef de file de l’opposition- engage le Burkina à « relever ces défis majeurs, en vue d’assurer avec sérénité, sa desserte et de favoriser l’émergence d’une activité économique génératrice de richesses pour l’ensemble de la communauté nationale ».

Déjà, la plateforme multimodale, destinée au traitement du fret national et international, qui occupe un espace de 19 ha, devrait être complétée par un « port franc », qui permettra, selon Alizèta Ouédraogo, vice-présidente de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-B), de « viabiliser 80 hectares pour accueillir principalement des entreprises de transformation des produits destinés à l’exportation, puis des services d’appui et d’accompagnement aux Petites et moyennes entreprises (PME) ». D’un coût d’environ 7 milliards de francs CFA, la construction de cette plateforme a bénéficié de l’appui financier de la Banque ouest africaine de développement (Boad), à hauteur de 2,5 milliards de francs CFA et du consortium des banques du Burkina –BCIA-B, chef du pool, et BCB, BIB BACB, SGBB- avec une enveloppe de 2,235 milliards de francs CFA. La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina, gestionnaire de l’infrastructure, a, elle aussi, cassé sa tirelire, pour mettre 1,150 milliards de nos francs dans la corbeille.

Une doléance

A présent, il faut espérer –et le représentant des partenaires techniques et financiers l’a bien souligné- que l’entretien et la gestion de cette belle infrastructure lui permettent de jouer pleinement son rôle de régulation et d’intégrateur des activités commerciales et économiques de la zone Uemoa. En attendant, Alizèta Ouédraogo a de la suite dans les idées et a formulé une doléance majeure au chef de l’Etat. Il s’agit notamment de la réalisation des aménagements des voies de desserte menant sur le site. Une doléance qui pourrait s’inscrire « dans les activités prévues dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire de l’indépendance de notre pays, en cette année 2010, dans cette même ville de Bobo-Dioulasso », a plaidé, fort à propos, la vice-présidente de la CCI-B, sous les vivats de la foule. Sûr que cette plaidoirie trouvera un écho favorable auprès du président du Faso, qui ne souhaite pas moins que… « cette magnifique infrastructure contribue à l’éclosion de nouvelles activités susceptibles de fortifier l’économie nationale ».

http://www.fasozine.com/index.php/societe/societe/2257-port-sec-de-bobo-dioulasso-une-place-economique-forte-pour-luemoa

Dans la même rubrique

Dans d'autres rubriques

« L’université virtuelle va lancer ses premières offres de formation à la rentrée 2020/2021 » foi de son chargé de mission. Professeur titulaire en (...)
Le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Alkassoum Maïga a procédé à la remise officielle (...)
Krita est l’une des références en matière de logiciel libre de dessin sous Windows. Il est complet, performant et simple à prendre en main. Un (...)
Les smartphones sont devenus des ordinateurs de poche et le grand problème que nous rencontrons est la saturation de l’espace de stockage ainsi que (...)
Le samedi 18 avril, de jeunes développeurs burkinabè ont présenté au Ministre de l’économie numérique une solution numérique qui rentre dans le cadre de (...)
Le Dr Serges DIAGBOUGA, président de la commission ad’ hoc du COVID-19, mis en place par le Haut conseil national de la recherche scientifique et (...)
Le vendredi 10 Avril dernier, le PNUD en collaboration avec le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes et celui de la Santé (...)
LISTE DES FORMATIONS 2020 de l’IPD-AOS en collaboration avec la Graduate Institute de Genève et Yam Pukri Formations longues ( Licence Master) (...)
INSTITUT DE FORMATION OUVERTE A DISTANCE IFOAD Ouaga II Université Ouaga II 12 BP 417 Ouagadougou 12 BURKINA FASO Téléphone : +226 25 36 99 60 (...)

Recherche

Nous suivre

Nos dernières actualités sur les réseaux sociaux


S'abonner à la newsletter

Nos thématiques

Mots clés Agriculture

Mots clés Education

Mots clés Gouvernance

Mots clés Innovation

Mots clés Jeunesse et emploi

Mots clés Partenaires

Mots clés Thématique Vidéos

Mots clés TIC