Country Gateway

Trois entrepreneurs sociaux s’associent pour donner aux femmes les moyens de s’autogérer, se protéger leur environnement, d’améliorer leur vie.

ALINIHA - Une femme, un crédit, un arbre

Trois entrepreneurs sociaux s’associent pour donner aux femmes les moyens de s’autogérer, se protéger leur environnement, d’améliorer leur vie.

Aliniha est né d’une rencontre entre trois entrepreneurs sociaux d’Afrique de l’Ouest qui ont développé l’idée de rassembler leur expertise et succès pour piloter une initiative à dimension régionale.

Animés par le souci d’accroître l’impact social de leurs organisations respectives pour répondre davantage aux besoins des populations qu’ils accompagnent, Alou Keita (Mali), Ini Damien (Burkina Faso) et Haïdar el Ali (Sénégal) ont conçu « Aliniha », un modèle innovant de développement durable intégrant leurs trois domaines d’expertise :

Accès à la microfinance - spécificité d’Alou Keita, Fondateur et Directeur du CAMIDE (Centre d’Appui à la Microfinance et au Développement) au Mali, qui a comme mission de favoriser la promotion de la microfinance et de contribuer au développement local et régional ;
Protection de l’environnement - spécificité d’Haïdar El Ali, Fondateur et Président de l’Océanium, association sénégalaise dont l’objectif est la protection de l’environnement, et plus particulièrement la gestion durable des ressources naturelles par les populations locales ;
Renforcement des capacités des femmes - spécificité d’Ini Damien, Fondatrice et Présidente de l’APFG (Association pour la Promotion Féminine de Gaoua) au Burkina Faso qui vise « l’empowerment » des femmes par leur intégration dans le processus de développement économique, social et culturel.

Ce modèle vise l’autonomisation financière à 5 ans, principalement grâce à l’activité de microfinance. L’initiative a été élaborée dans ses détails à l’issue d’une étude de faisabilité substantielle visant à préciser les besoins et les priorités dans chacune des trois régions. Les résultats de l’enquête ont permis l’élaboration d’un modèle validé lors d’un atelier de restitution à Dakar en mai 2008 impliquant les trois organisations ainsi que des femmes des trois pays. S’en suivit la planification concrète d’Aliniha dans les trois régions pour son lancement officiel début 2009.


Objectif

« La femme donne la vie, le micro crédit donne les moyens, l’arbre donne l’espoir. Ensemble ils bâtiront l’avenir », telle est la vision d’Aliniha dont l’objectif est de contribuer au développement humain durable en donnant aux femmes démunies de Kayes (Mali), Tambacounda (Sénégal) et Gaoua (Burkina Faso), les moyens de devenir des femmes leader, actrices de changement économique, social et environnemental.

Pour réaliser cet objectif, des activités intégrées et se renforçant mutuellement sont menées conjointement dans les trois régions :

Rendre opérationnellement et financièrement autonomes des services financiers (crédits, épargne) en faveur des femmes les plus démunies de Tambacounda, Gaoua et Kayes ;
Associer l’accès au crédit à la gestion durable des ressources naturelles :par l’adhésion à une charte engageant les clientes de services financiers à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement ; l’octroi de plants d’arbre aux emprunteuses qui les plante chez elles ou dans des espaces verts ; la mise en œuvre d’activités d’utilité publique (pépinières, collecte de déchets, journées de la salubrité,…) ;
Renforcer les capacités de ces femmes à devenir actrices de changement : par des formations combinant alphabétisation, notions de gestion d’un groupe solidaire, gestion d’une activité génératrice de revenus, gestion environnementale, éducation aux droits des femmes (accès à la terre, à la citoyenneté, au crédit, à l’éducation, à la santé, à la participation aux instances de décisions) ;
Des actions de communication sociale (notamment par le cinéma-débat et la sensibilisation dans les écoles) en faveur des populations des villages et quartiers des trois régions concernées sont également menées.
Aliniha s’est fixé comme objectif, en trois ans, de toucher près de 10.000 femmes, clientes des services financiers et bénéficiaires de formations, ainsi que la majorité des populations des villages et quartiers ciblés par les actions de sensibilisation et les activités d’utilité publique comme l’assainissement, le reboisement et autres activité de protection de l’environnement.

Visionnez les vidéos sur les actions de sensibilisations à l’environnement par Aliniha au Mali et au Sénégal !

Aliniha vise également un transfert de compétences entre les trois partenaires (APFG, CAMIDE et Océanium) qui permet de renforcer structurellement leurs organisations. Des missions d’appui sont donc menées respectivement par les trois entrepreneurs sociaux afin de transférer leur expertise aux deux autres. Des voyages d’échange entre les femmes Aliniha du Mali, du Burkina Faso et du Sénégal sont également organisés dans un but de partage d’expériences.



Résultats

Aujourd’hui, après un an d’activités, des résultats sont déjà tangibles dans les trois régions. Un changement économique, social et environnemental durable est amorcé et de nombreuses initiatives ont été entreprises en ce sens par les populations :

Plus de 3000 femmes bénéficient à ce jour d’un crédit Aliniha, ce qui leur permet d’augmenter leurs revenus et d’améliorer leurs conditions de vie. Visionnez la vidéo de l’octroi des premiers crédits à Tambacounda. 800 nouvelles femmes attendent l’octroi d’un nouveau crédit. En un an les femmes Aliniha ont épargné un total de 23.000€ et les activités de microcrédit ont généré 30.000€d’intérêts.

Outre les formations des femmes Aliniha à la gestion d’un groupe solidaire et la gestion d’un crédit dans les trois régions, des formations en alphabétisation ont été données à plus de 600 femmes au Mali. Les femmes sont également sensibilisées à leurs droits. A Gaoua, près de 200 femmes ont ainsi été soutenues dans les démarches pour obtenir une carte d’identité, ce qui fait de ces femmes des citoyennes à part entière et leur rend confiance et dignité.

Des pépinières ont été créées dans les trois sièges Aliniha ainsi que dans certains villages, à l’initiative des femmes elles-mêmes. Près de 25000 arbres ont été plantés. Une réelle « culture du reboisement » s’installe petit à petit. Suite aux nombreuses formations et actions de sensibilisation à l’environnement (cinéma-débats et causeries), les femmes Aliniha s’engagent à abandonner l’utilisation de sachets en plastique. Bon nombre d’entre elles partent aujourd’hui au marché avec des sacs tissés ou des paniers. Les femmes s’engagent aussi à être des relais pour sensibiliser leur famille et leur entourage aux problématiques environnementales, à rendre leur maison et ses alentours propres, à organiser des séances de nettoyage périodiques au niveau de leurs quartiers et à utiliser des foyers améliorés pour diminuer la consommation de charbon et de bois.

Près de 30.000 personnes ont assisté à des cinéma-débats dans des quartiers, villages et écoles et donc été sensibilisés aux problématiques environnementales. Dans certains villages du Burkina Faso, les chefs de terre et les conseillers ayant pris part aux sensibilisations, ont décidé de mettre à la disposition des femmes des terrains pour planter des arbres – ce qui représente une grande avancée vu les faibles conditions d’accès à la terre pour les femmes en Afrique de l’Ouest. Au Mali, certains chefs de villages ont mis sur pied un comité de gestion des ressources naturelles, également une nouveauté. Dans les écoles, les élèves s’engagent à lutter contre les feux de brousse, à protéger et entretenir les arbres plantés, à reboiser pendant les vacances, à sensibiliser leurs parents, et leur entourage à la bonne gestion des ressources naturelles.

De manière générale, Aliniha bénéficie d’un soutien important des autorités locales (administratives, coutumières et religieuses) qui ont notamment participé aux lancements dans les trois pays. Un soutien de la presse et de la télévision locale a permis à Aliniha d’acquérir une visibilité importante. Dans les trois régions, la demande d’adhésion des femmes à Aliniha est grandissante et des associations souhaiteraient engager des partenariats. Deux médias internationaux (TV5 et RFI) ont également réalisé des reportages sur l’initiative.

Aliniha est en phase de devenir un réel mouvement régional de femmes leaders, actrices de changement économique, social et environnemental.

Notre accompagnement

La Fondation Marie et Alain Philippson, présente lors de la rencontre des 3 entrepreneurs sociaux, a les a appuyé dans toutes les étapes préliminaires à la mise sur pied d’Aliniha, à savoir les missions exploratoires, l’étude de faisabilité et l’atelier de restitution et de validation du modèle. Elle apporte un soutien financier à Aliniha et conseille les trois entrepreneurs sociaux pour le pilotage du modèle, la gestion de la collaboration ainsi que dans leur recherche de fonds complémentaire, le temps de devenir financièrement autonome.

Soutenez Aliniha !

Contact

alinihasahel@gmail.com
Alou Keita, Fondateur et Directeur de CAMIDE : camide@orangemali.net - + 223 21 52 22 73
Ini Damien, Fondatrice et Présidente de l’APFG : inidamien@hotmail.com - +226 (20) 90 00 78 (tel) - 226 (70) 25 77 20 (mobile)
Jean Goepp, Coordinateur de l’Océanium : jgoepp@arc.sn - + 221 77 644 03 31

http://www.philippsonfoundation.org/index.php?langue=fr&id=35



Les plus récents de cette thématique