Country Gateway

NOUVELLES de la Confédération Paysanne du Faso

ZOOM : Accords de Partenariat Economique : des tournées à la base pour sensibiliser et pour maintenir le cap de la mobilisation.

Du 30 Juin au 03 Juillet 2008, trois équipes de la CPF ont sillonné douze localités du pays pour échanger avec les producteurs à la base sur la vie des organisations paysannes et sur des thèmes prioritaires que sont le foncier rural, les Accords de Partenariat Economiques (APE) et la souveraineté alimentaire en lien avec la vie chère.
cpf1

Des difficultés spécifiques n’ont pas manqué d’être évoquées par les producteurs de toutes les filières. A Réo, Kongoussi et Titao, les producteurs d’oignons, de haricot vert et de pomme de terre ont souhaité que la CPF les accompagne à écouler leurs productions qui connaissent une mévente.
A Djibo, Bogandé et Diébougou, les éleveurs ont plaidé pour que des mécanismes de résolution des conflits entre agriculteurs et éleveurs soient trouvés pour préserver la paix sociale au Burkina. Ils ont exprimé le voeu de voir l’Etat les accompagner dans la production massive, la transformation et la commercialisation du lait local. A Boromo et Sindou, les producteurs de coton ont suggéré à la CPF de travailler à ce que les « cotonculteurs » soient payés dans les délais qu’ils ont fixés de commun accord avec les sociétés cotonnières.
A Orodara et Kombissiri, des voix ont souhaité que la filière fruit et légumes soit relancée afin de permettre au Burkina de retrouver son rang d’antan : premier exportateur de haricot vert d’Afrique et l’un des principaux exportateurs de mangue dans le monde. Les tournées ont pu se réaliser avec l’appui d’Intermon OXFAM et de la Mairie de la ville de GRENADA en Espagne. Les producteurs se sont beaucoup inquiétés sur l’avenir de leurs exploitations familiales face aux négociations politico-économiques et commerciales internationales. Aussi ont-ils décidé de maintenir le cap de la mobilisation contre particulièrement des APE qui ne prendraient pas en compte leurs aspirations de développement.

Coldirreti Italie appuie des unions de la CPF dans l’amélioration de la transformation du riz local

Coldirreti est une organisation paysanne faîtière italienne dont le siège se trouve à Turin en région piémontaise. Grâce à l’intermédiation de l’ONG italienne CISV et du ROPPA, Coldirreti a décidé d’appuyer techniquement et financièrement des unions rizicoles de la CPF dans la transformation du riz local à travers l’exécution d’un projet dans le Sud Ouest du Burkina. Concrètement, un groupement féminin du village de Bwanza-Bwaba bénéficiera d’étuveuses et de batteuses pour mieux transformer le riz paddy obtenu chaque année sur une superficie de 12 hectares. Ce projet permettra également à l’Union Départementale des Producteurs de Riz de Founzan d’acquérir une décortiqueuse pour accroître le volume de riz transformé annuellement par ses membres. Intitulé Coldirreti, ce projet est fonctionnel depuis Janvier 2008. Du 8 au 13 Juin 2008, une mission composée de messieurs Latino Gian Franco et Salsa Claudio est venue constater de visu l’état d’avancement du projet. Ils ont séjourné dans la zone de mise en oeuvre du projet qui couvre les départements de Dano, Founzan et Oronkua. En ces temps de « vie chère », les acteurs majeurs du projet que sont les riziculteurs de la zone ont promis aux membres de la mission d’utiliser à bon escient les ressources du projet et souhaiter que l’initiative s’étende à tous les producteurs de riz du Burkina. Ainsi le défi de l’intensification de la production rizicole sera relevé et l’autosuffisance, la sécurité et même la souveraineté alimentaires ne seront plus des idéaux au Burkina mais des réalités.

PLAIDOYER ET LOBBYING
Vie Chère : LES SEPT PROPOSITIONS DE LA CPF RENDUES PUBLIQUES

En faisant couler beaucoup d’encre et de salive partout dans les quatre coins du monde, la hausse des prix des produits de grande consommation ou « vie chère » n’a pas laissé indifférente la CPF. Après avoir fait des propositions à l’Assemblée Nationale, la CPF a rendu publiques sa position et ses propositions le 6 Juin 2008 dans les colonnes d’un quotidien d’information générale du Burkina Faso. Intitulé par le quotidien « Vie chère, les 7 propositions des paysans », la déclaration de la CPF énonce sept propositions indispensables pour juguler à long terme la crise des prix vécue à l’échelle internationale. Ces propositions se résument à un soutien consistant au secteur de l’agriculture et précisément aux producteurs :

1) L’accroissement de l’investissement dans le secteur agricole ;
2) L’accès aux intrants, aux équipements agricoles et aux produits vétérinaires ;
3) La facilitation à l’accès au crédit agricole et la baisse du taux d’intérêt à 5% ;
4) La mise en place d’un système d’appui/conseil adapté aux besoins des producteurs en concertation avec les autres acteurs non étatiques ;
5) L’accompagnement franc de la commercialisation des produits agricoles qui pourrissent par moments dans les mains des producteurs ;
6) La protection du marché des produits agricoles et la promotion de l’intégration régionale ;
7) La méfiance à l’égard des biocarburants qui pourraient constituer une menace à la sécurité alimentaire.

Accès aux intrants agricoles : UNE CAMPAGNE DE PLAIDOYER EN VUE

Suite aux programmes d’ajustement structurel des années 90 ayant démantelé les mécanismes étatiques d’approvisionnement en intrants agricoles, les producteurs et leurs organisations éprouvent d’énormes difficultés à disposer d’engrais de qualité. Depuis sa création en Novembre 2002 à Bobo Dioulasso, la CPF est consciente de cette réalité. Mieux, elle a fait de la problématique de l’accès des producteurs aux intrants agricoles, son cheval de bataille. Elle préconise notamment la mise en place d’une centrale d’achat pour procéder à des achats groupés de façon à bénéficier de meilleures offres de prix d’achat.
La CPF attend du Gouvernement l’extension de la subvention en intrants agricoles faite au coton au profit de toutes les spéculations végétales. Alors qu’elle était dans cette dynamique, la CPF a été sollicitée par l’Association des Professionnels de l’Irrigation Privée et des Activités Connexes (APIPAC) pour conduire une campagne de sensibilisation et de plaidoyer sur l’accès des agriculteurs aux intrants de qualité. Le jeudi 20 Juin 2008, plusieurs organisations dont la CPF, APIPAC et la Fédération Nationale des Groupements Naam (FNGN) se sont retrouvés à Ouagadougou pour définir une stratégie de plaidoyer qui sera mise en oeuvre dans les 3 prochains mois.
cpf2 {JPEG}.Cette stratégie sera axée sur la détaxation des intrants, le contrôle de la qualité des intrants et la subvention aux intrants.

PARTENARIAT : la CPF prépare un plaidoyer en vue de l’élaboration d’une loi d’orientation agricole au Burkina.

Dans le cadre de l’élaboration du Programme Moyens d’existence Durable(MED), la CPF a clairement affiché une fois de plus sa volonté de parvenir à convaincre l’Etat burkinabé de la nécessité d’élaborer une loi d’orientation agricole. Une étude a été commanditée par OXFAM Intermon pour permettre de préparer un argumentaire dans ce sens. Malheureusement, l’étude n’a pas donné toute la satisfaction escomptée. C’est ainsi que des personnes ressources se sont concertées pour dégager des thèmes prioritaires qui ont fait l’objet d’investissement personnel dont le fruit du travail a été partagé avec un groupe élargi de partenaires de campagne au cours d’un atelier de réflexion et d’échanges. Les présentations ont porté sur l’investissement agricole, l’accès au crédit et aux intrants agricoles, le système d’appui conseil aux agriculteurs, la souveraineté alimentaire en rapport avec la vie chère, les OGM, les biocarburants, les changements climatiques, la transformation et la commercialisation des produits agricoles, la sécurisation foncière en milieu rural.

cpf 3

Au cours de cet atelier, les partenaires ont salué cette façon de travailler qui permet une véritable contribution de tous et ont décidé que ces thèmes soient suffisamment retravaillés pour permettre des discussions encore plus approfondies lors de la séance du 23 juillet 2008. Vivement que cette dynamique se poursuive au profit de nos braves producteurs !

La CPF, membre permanent du Comité de Pilotage du Millenium Challenge Account (MCA)

Au Burkina les activités du MCA seront bientôt en marche et la CPF avec. En effet, en début Juin 2008, la CPF a été approchée pour élire un représentant au Comité d’Orientation et de Suivi du MCA. Conformément aux procédures et critères du MCA, ce représentant a été élu par le Conseil de Gestion de la CPF du 26 Juin 2008. Au terme du vote par bulletin secret, monsieur OUEDRAOGO Moumini, Secrétaire Permanent de la CPF a été élu représentant de la CPF au Comité d’Orientation et de Suivi (COS). Conformément à l’article 13 du décret N°2008-185/PRES/PM portant création, organisation et attribution du MCA Burkina, le comité d’orientation et de suivi a pour attributions :

 de s’assurer que le financement prévu par le Millenium Challenge Corporation
(MCC) est utilisé pour les fins auxquelles il est destiné ;

 de superviser la gestion du MCA Burkina ;

 de protéger, de préserver et de gérer les actifs du Programme ;

 de superviser et d’orienter l’Unité de Coordination du MCA ;

 de prendre en compte les recommandations et les avis du Conseil National du MCA ;

 de veiller au respect de l’accord de subvention et les accords supplémentaires.

Le Conseil a félicité Moumini OUEDRAOGO de son élection et a souhaité qu’il défende au sein du COS du MCA, des positions favorables au monde rural. En remerciant le Conseil pour la confiance placée en sa modeste personne, Moumini OUEDRAOGO a déclaré être à l’écoute de toute bonne volonté détenant des conseils utiles à la réussite de sa mission au COS du MCA Burkina. Alors, membres et partenaires de la CPF, à Vos conseils !

DANS NOS FEDERATIONS : Assemblée Générale de l’UNPC B L’UNICITE DES PRODUCTEURS DE COTON REAFFIRMEE

Les producteurs de coton du Burkina ont tenu leur Assemblée Générale Ordinaire 2007 les 20 et 21 Juin 2008 à Bobo Dioulasso. Cette assemblée a regroupé les représentants des organisations membres de l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina, ses partenaires, des autorités administratives et de nombreux invités. Le renforcement du rôle de l’UNPCB dans la filière cotonnière, la prise en charge du dispositif COGES, les difficultés d’approvisionnement en aliment/bétail ont fait l’objet de discussion. Au total, 26 Unions provinciales de producteurs de coton étaient représentées. Au cours de la première journée, le Secrétaire Général a présenté les activités menées en 2006-2007. L’UNPC B s’est surtout investie dans le renforcement des capacités de ses membres, dans sa participation à la gestion de la filière coton. Elle a continué l’exécution du programme coton biologique et le projet Bonnes pratiques agricoles, l’amélioration de la communication en son sein, à travers les activités de communication à l’Est et le projet de communication multimédia, et a pu rendre des services économiques aux producteurs de coton.

cpf4

En juillet 2007, l’UNPCB a élaboré, durant un atelier participatif qui a regroupé les représentants de toutes les régions cotonnières, un plan stratégique dans lequel elle recadre les projets en exécution et les nouvelles ambitions de la faîtière dans le contexte de la crise actuelle.. Pour l’année 2008, l’UNPCB oeuvre à relever deux défis : réussir le lancement de ses nouveaux projets et rester efficace dans l’exécution des projets en cours. Les projets en cours pour l’année 2008 concernent principalement le Projet de Renforcement de la Filière Coton Burkinabè, le projet sur la fertilité des sols, le projet communication multimédia.
Plusieurs recommandations ont été formulées à l’endroit du bureau exécutif :

 assurer l’approvisionnement régulier des producteurs de coton en aliment bétail ;
 négocier l’intégration du paramètre « graine de coton » dans le mécanisme de fixation du prix du coton graine.
 poser le problème de l’assurance du coton graine à l’Association de l’Interprofession de la Filière Cotonnière Burkinabè (AICB),
 négocier la participation des sociétés cotonnières et des institutions financières à la prise en charge du dispositif Conseillers en Gestion.

BREVES

La cellule d’analyse des politiques agricoles de la CPF en marche
Annoncée dans le plan d’action triennale de la CPF et longtemps attendue par les producteurs et certains partenaires de la CPF, la cellule d’analyse des politiques agricoles est désormais fonctionnelle. Sa première session est intervenue les 27 et 28 Juin 2008 et portait sur les APE, l’examen du processus d’élaboration de la liste des produits sensibles et le foncier rural. Composée du président, du Secrétaire Général de la CPF et des présidents des neuf fédérations membres, la cellule a pour objectif d’analyser les politiques agricoles afin de plaider auprès des décideurs pour une intégration des préoccupations du monde rurale dans les politiques régissant leur mode de production et de vie.

Mensuel d’information et de liaison de la Confédération Paysanne du Faso N°02 du mois de Juin 2008
Nos contacts Confédération Paysanne du Faso 01 BP 2978 Ouagadougou 01 TEL : 0022650301844
Email : cpf@fasonet.bf
Site web : www.cpf.bf
EQUIPE DE REDACTION
Directeur de Publication Bassiaka DAO (Président de la CPF)
Directeur des rédactions Moumini OUEDRAOGO (Secrétaire Permanent de la CPF)
Rédacteur en chef Omar OUEDRAOGO (Chargé de communication de la CPF)
Ont contribué à ce numéro : Simon Pierre KABORE (Chargé de programmes de la CPF) Rose SOMDA (Chargé de communication de l’UNPCB

.



Les plus récents de cette thématique