Country Gateway

Burkina Faso : l’opposition va manifester le 29 juin contre la mise en place du Sénat

L’opposition burkinabè prévoit de battre le pavé le 29 juin prochain pour protester contre la mise en place d’un Sénat jugé à ses yeux inutile et budgétivore.

« La lutte contre la mise en place du Sénat ne fait que commencer à l’opposition. Au cours de la réunion mensuelle des responsables des partis politiques tenue ce mardi soir, décision a été prise pour l’organisation d’une marche-meeting qui aura lieu le 29 juin 2013 à Ouagadougou. Des activités de protestation de ce genre se tiendront dans les autres provinces. Dans une déclaration qu’ils ont adoptée, ils appellent "tout le peuple Burkinabè à rejeter ce sénat et à se mobiliser pour faire échec aux manœuvres déjà perceptibles du pouvoir qui veut coûte que coûte modifier l’article 37 de la Constitution ». Tel est le contenu du message émanant du bureau du chef de file de l’opposition parvenue à notre rédaction.

En mai dernier, l’Assemblée nationale du Burkina votait, par 81 voix pour et 46 voix contre la mise en place d’un Sénat. L’opposition ne voit pas d’un bon œil les six milliards de francs CFA que va engloutir le fonctionnement de l’institution. Elle soupçonne aussi le parti au pouvoir de vouloir s’en servir pour modifier l’article 37 de la Constitution, qui limite à deux quinquennats consécutifs le nombre de mandats du président.

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION MENSUELLE DES PARTIS POLITIQUES DE L’OPPOSITION

UNE JOURNÉE NATIONALE DE PROTESTATION LE 29 JUIN 2013

La deuxième réunion mensuelle des partis politiques de l’opposition s’est tenue le 4 juin 2013 à partir de 18h00mn. Présidée par le Chef de file de l’opposition, Monsieur Zéphirin Diabré, la réunion a examiné les trois points suivants inscrits à son ordre du jour :

le bilan et les perspectives des activités du 21 mai dernier ;

des échanges avec les Commissaires de l’opposition au sein de la CENI ;

des questions organisationnelles de l’opposition.

Du bilan et perspectives des activités du 21 mai 2013

Au titre du premier point de l’ordre du jour, les responsables des partis politiques de l’opposition ont tiré les leçons de la manifestation du 21 mai dernier contre le Sénat, et tracé les perspectives de la lutte démocratique qu’ils mènent contre la politique du pouvoir de la 4ème République.

Les responsables des partis de l’opposition ont réaffirmé leur attachement à l’esprit et à la lettre des conclusions de la rencontre de concertation tenue à Kombissiri tenue le 02 mai dernier et qui a préconisé le rejet catégorique de la loi portant organisation et fonctionnement du parlement. Ils se sont félicités de la conférence de presse tenue le 21 mai 2013 par les députés de l’opposition à l’Assemblée Nationale qui a également connu une forte mobilisation des militants et de nombreux autres citoyens qui désapprouvent lé sénat.

En dépit de l’adoption de la loi sur le sénat par l’Assemblée Nationale les partis de l’opposition ont décidé de poursuivre avec détermination la lutte qu’ils ont engagée avec l’objectif d’empêcher la mise en place de ce Sénat par la mobilisation de l’opinion nationale.

D’ores et déjà, les partis de l’opposition ont adopté une déclaration commune qui indique une fois de plus qu’ils ne participeront pas à la mise en place du sénat. La même déclaration définit des directives à l’endroit de leurs militants et sympathisants, et appelle aussi tous les Burkinabè à se mobiliser pour empêcher la mise en place du sénat. Ils sont convenus :

d’appeler les maires, les conseillers municipaux et régionaux de l’opposition à boycotter les élections des sénateurs en refusant de prendre part au vote ;

d’inviter les militants et tous les citoyens ( les jeunes et les femmes en particulier) soucieux du meilleur devenir de notre peuple à s’organiser autour des leaders et élus de l’opposition de leurs localités pour répondre aux mots d’ordre de mobilisation et de lutte qui seront lancés dans le cadre du Chef de file de l’opposition ;

d’inviter l’ensemble des militants à refuser une quelconque nomination à la fonction de sénateur ;

d’inviter tout le peuple Burkinabè à rejeter ce sénat et à se mobiliser pour faire échec aux manœuvres déjà perceptibles du pouvoir qui veut coûte que coûte modifier l’article 37 de la Constitution.

Tout en étant satisfaits du niveau de la mobilisation observée au cours de la journée de protestation contre le Sénat du 21 mai 2013, les responsables des partis d’opposition estiment que cette mobilisation doit encore monter de plusieurs crans, afin de faire pression sur le gouvernement.

Lire la suite



Les plus récents de cette thématique